Oscar Pistorius
Oscar Pistorius | AFP

La demande de libération anticipée de Pistorius réexaminée

Publié le , modifié le

La commission sud-africaine des libérations anticipées se réunit ce vendredi, pour réexaminer la demande de sortie de prison anticipée de l'ancien champion paralympique Oscar Pistorius qui avait été bloquée fin août par le ministre de la Justice.

"Nous ne savons pas quand la décision sera rendue. Je crains que tout cela  soit assez vague", a déclaré Anneliese Burgess, la porte-parole de la famille  Pistorius à l'AFP. Très peu de détails ont filtré cette semaine sur le fonctionnement de cette  commission qui se réunit à Durban dans le sud du pays, selon Mme Burgess. "Il n'y a pas de calendrier spécifique (pour rendre une décision), ses  pouvoirs sont très larges", explique Joey Moses, un avocat spécialiste des  questions de liberté conditionnelle. Pistorius, condamné pour la mort de sa petite amie abattue par balles dans  sa maison en février 2013 à cinq ans de prison pour homicide involontaire, est  incarcéré à Pretoria depuis le 21 octobre 2014.

Plusieurs options possibles

Les textes sud-africains autorisent sa remise en liberté surveillée pour  bon comportement au bout d'un sixième de la peine, le temps minimum  incompressible. En juin, la commission des libérations anticipées avait donc  décidé de libérer Pistorius le 21 août. Mais à la surprise générale, le ministère sud-africain de la Justice avait  suspendu à la dernière minute cette décision, qualifiée de "hâtive",  "prématurée" et reposant sur une mauvaise interprétation de la loi et demandé  son réexamen. Plusieurs options sont désormais possibles. Si la commission suit l'avis du  ministre de la justice, Pistorius devrait rester en prison jusqu'à nouvel  ordre. Si elle décide de confirmer l'avis initialement rendu en juin, elle  devrait fixer une nouvelle date de sortie de prison pour l'athlète.

"Je ne sais pas ce qu'il va se passer. La commission peut confirmer la  décision et décider de le libérer, mais elle peut aussi reconsidérer sa  décision. Elle peut faire beaucoup de choses", affirme Brian Webber, l'un des  avocats de Pistorius, interrogé par l'AFP. La saga judiciaire est de toute façon loin d'être terminée, le parquet  ayant fait appel de la condamnation de Pistorius estimant qu'il aurait dû être  condamné pour "meurtre" et non pour "homicide involontaire". L'appel sera entendu en novembre par la Cour suprême d'appel, qui peut  modifier le verdict et condamner éventuellement Pistorius à une peine plus  lourde ou décider de renvoyer le procès en première instance. Le sportif a toujours affirmé avoir cru qu'il s'agissait d'un cambrioleur  quand il a tiré à quatre reprises à travers la porte des toilettes fermée à clé.

AFP