JO 2024 : le 50 km marche hommes remplacé par "une épreuve mixte" afin "d'atteindre la parité" pour la première fois dans l'histoire des Jeux

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
50 km marche
Le Français Yohann Diniz participe à la course du 50 km marche hommes lors des Championnats du monde d'athlétisme de l'IAAF au stade Khalifa à Doha (Qatar), le 27 septembre 2019. | Stephane KEMPINAIRE / KMSP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'épreuve masculine du 50 kilomètres marche sera remplacée par "une épreuve mixte" d'athlétisme à définir aux JO de Paris 2024, a annoncé lundi soir le directeur des sports du Comité international olympique, Kit McConnell.

L'épreuve masculine du 50 kilomètres marche va changer de formule. Pour les Jeux de Paris 2024, cette épreuve d'athlétisme deviendra mixte, mais reste encore à définir. L'objectif est "d'atteindre la parité" pour la première fois dans l'histoire de l'athlétisme olympique, mais sans dépasser le quota global d'athlètes, a précisé Kit McConnell, le directeur des sports du Comité international olympique, alors que subsisteront les épreuves hommes et femmes du 20 kilomètres marche.

Réduction du nombre d'athlètes 

Le 50 km marche est à la fois la plus longue épreuve d'athlétisme aux JO et l'une des seules disputées hors stade, avec le marathon. Elle récompense à ce titre les athlètes les plus endurants, dans des conditions estivales souvent éprouvantes. Son histoire olympique a été marquée par une succession de défaillances et notamment par le calvaire du Français Yohann Diniz aux JO 2016 de Rio, victime d'un violent malaise et tombé à trois reprises. Il avait pris sa revanche en devenant champion du monde un an plus tard à Londres.

La suppression de cette course marque la volonté du CIO de réduire le nombre de participants aux Jeux, qui va passer de 11 092 à Tokyo à 10 500 à Paris, tout en atteignant la parité. Comme la création d'un 50 km marche femmes aurait "augmenté le nombre global d'athlètes engagés", le CIO a préféré une épreuve mixte qui doit encore être définie par la Fédération internationale d'athlétisme, a précisé Kit McConnell.

AFP

Paris 2024