La marathonienne russe Liliya Shobukhova
La marathonienne russe Liliya Shobukhova | AFP

Dopage: suspension réduite pour la marathonienne Liliya Shobukhova

Publié le , modifié le

La marathonienne russe Liliya Shobukhova a vu sa suspension pour dopage réduite par l'Agence mondiale antidopage grâce aux informations qu'elle lui a fournies, a indiqué lundi l'AMA, mais elle restera exclue à vie des principales courses mondiales. L'athlète, âgée de 37 ans, a bénéficié d'une réduction de sanction de sept mois, ce qui met fin à celle-ci, pour avoir aidé de manière "significative" dans sa lutte contre le dopage l'Agence, qui n'a pas voulu préciser quels renseignements elle avait fournis depuis mai 2014.

"L'information et la documentation fournies par Mme Shobukhova ont  participé de manière significative à la découverte et l'enquête sur des  violations des règles antidopage commises par d'autres personnes, dont  certaines encadrant des athlètes", a déclaré l'AMA dans un communiqué. "L'AMA a considéré que l'information fournie par Mme Shobukhova était d'une  aide significative pour nettoyer le sport", a ajouté l'instance pour justifier sa décision.

La suspension, qui courait de janvier 2014 à mars 2016, avait été infligée à la Russe, vainqueur des trois marathons de Chicago entre 2009 et 2011, en raison d'anormalités dans le profil hématologique de son passeport biologique, synonyme de forte probabilité de dopage sanguin.

Sa suspension achevée, Shobukhova devra encore faire face au procès intenté par les organisateurs du marathon de Londres, qui réclament le remboursement  des primes perçues quand elle avait remporté l'édition 2010 et pris la 2e place  en 2011.

Les organisateurs du marathon de Londres ont d'ailleurs rappelé que Shobukhova resterait bannie à vie de l'épreuve, ainsi "que de chacun des cinq  autres marathons qui composent le World Marathon Majors" (Berlin, Boston,  Chicago, New York, Tokyo). "La politique de tolérance zéro vis-à-vis du dopage demeure inchangée", ont-ils insisté. Toutes ses victoires avaient été annulées lorsqu'elle avait été interdite  de compétition pendant trois ans et deux mois par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

AFP