Rita Jeptoo
Rita Jeptoo avait été suspendue deux ans pour dopage. Sa suspension a été doublée. | JONATHAN DANIEL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Dopage : le Kenya et la Russie visés

Publié le , modifié le

Un documentaire sur le dopage dans l'athlétisme, diffusé samedi sur la chaîne publique allemande ARD, lance de nouvelles attaques contre la Russie, déjà épinglée dans un précédent reportage, et pointe également le Kenya.

En décembre dernier, ARD avait diffusé un documentaire, qui avait alors  fait grand bruit, qui dressait un portrait sévère de l'athlétisme russe,  présenté comme gangrené par le dopage et la corruption. Dans ce nouveau documentaire, diffusé trois semaines avant les Mondiaux  d'athlétisme de Pékin (du 22 au 30 août), les journalistes d'ARD accusent une  nouvelle fois l'athlétisme russe, soutenant que, "malgré les assurances des  fonctionnaires russes" en faveur d'un sport propre, "les sportifs dopés et les  instigateurs sont toujours protégés", selon un communiqué de la chaîne. Le documentaire s'appuie notamment sur les propos, enregistrés en caméra  cachée, d'une athlète russe du 800m, Anastasia Bazdireva.

"Volonté de dissimuler le dopage"

 "Avec les anabolisants, j'ai les muscles durs. Mais je peux courir. C'est  dur, mais ça va. Tu te sens différent avec les anabolisants", explique-t-elle. L'équipe de journalistes s'est également rendue au Kenya où, en caméra  cachée, ils ont filmé des injections de produits dopants "dangereux". Le documentaire évoque une "corruption massive" et une "volonté de  dissimuler le dopage", "jusqu'au sommet de la fédération d'athlétisme kényane",  selon le communiqué. Le Kenya a été secoué récemment par un scandale de dopage qui a notamment  valu à la star du marathon Rita Jeptoo d'être suspendue deux ans.

A la suite du précédent documentaire d'ARD sur le sujet, le président de la  Fédération russe d'athlétisme, Valentin Balakhnichev, mis en cause dans le  reportage, s'était mis en retrait de ses fonctions de trésorier de la  Fédération internationale (IAAF). Il avait ensuite démissionné en février de ses fonctions de président de la  Fédération russe d'athlétisme. Dans la foulée, cette dernière avait lancé une  procédure en justice contre ARD.