Teddy Tamgho
Teddy Tamgho est dans l'histoire de l'athlétisme français | AFP - FRANCK FIFE

Tamgho : "Il faut un record du monde"

Publié le , modifié le

Teddy Tamgho étrenne à Bruxelles vendredi son récent titre de champion du monde du triple saut, sans ambition avouée pour le record du monde, même si "on peut parfois faire des miracles", admet-il. Déjà tourné vers les JO de Rio, le Français assure que désormais, "chaque compétition servira à préparer 2016".

Dans quelle forme êtes-vous deux semaines après Moscou ?
TEDDY TAMGHO : "C'est difficile de le savoir car après avoir coupé une semaine après les Mondiaux, je ne me suis pas énormément entraîné. J'ai uniquement cherché à conserver une base physique. Je n'ai pas de "perf" précise en tête. Je ne pense pas que je serai aussi fort qu'à Moscou. Mais la piste de Bruxelles est très rapide et, avec ce public belge incroyable, on peut parfois faire des miracles. Et puis je sais que Christian Taylor (champion olympique mais seulement 4e des Mondiaux) est très revanchard, qu'il fera tout pour me battre vendredi. Si je veux gagner le concours, ce qui est tout de même l'objectif, je devrai donc sauter loin".

Quel est l'enjeu de cette fin de saison ?
T.T : "Continuer les réglages en vue de 2016. C'est la priorité des priorités : travailler pour le long terme. Tout en prenant du plaisir bien sûr et en veillant à éviter les blessures. Chaque compétition me servira désormais à préparer Rio-2016. C'est le seul titre qui me manque. En salle, j'ai tout gagné (titres et record). Seul le titre olympique manque à mon palmarès, avec le record du monde en plein air bien sûr".

C'est votre autre but, ce record. Vous avez ça en tête ?
T.T : "Quand tu te dis que deux personnes seulement avant toi ont sauté au-delà de 18m et que toi tu es la 3e, c'est impressionnant et ça donne effectivement des idées. Car pour tout sportif ambitieux, l'objectif n'est pas d'être 3e mais 1er ! Mais, bien sûr, je sais que je dois encore améliorer beaucoup de choses pour aller chercher le record d'Edwards (18m29, contre 18,04 pour Tamgho, ndlr)".

Améliorer quoi précisément ?
T.T : "Ma course et mon dernier saut. Lors de mon dernier saut à Moscou, je n'avais pas couru à 100%. C'est pourtant ce dont j'ai besoin pour aborder au maximum les deux premiers sauts et être encore performant pour faire un troisième saut le plus long possible. La clé d'un bon saut, c'est la vitesse. C'est cette composante que je n'ai pas utilisée à 100% à Moscou. Pour aller très, très loin, il faut arriver très, très vite sur la planche".

Que choisir entre les titres et le record du monde ?
T.T : "Les médailles c'est important. Mais pour terminer sa carrière avec une note à 20/20, il faut un record du monde. Surtout pour ceux qui dominent leur discipline comme Lavillenie à la perche. Lui, je sais qu'il y pense".

Quelle traces voudrez-vous laisser après votre carrière ?
T.T : "Je veux d'abord avoir une belle image en France, celle d'un sportif qui ne lâche rien du tout même si je sais que j'aurai toujours des détracteurs. Comme tout le monde... Après, au niveau mondial, j'aimerais devenir l'une des figures importantes du triple comme Edwards. Dépasser Edwards, l'homme qui personnifie le triple, ça trotte forcément dans la tête".c

Propos recueillis en conférence de presse

Vidéo: le saut de Tamgho (18m04) à Moscou  

AFP

Diamond League