Shelly-Ann Fraser-Pryce
Shelly-Ann Fraser-Pryce sera l'une des têtes d'affiche à Zurich | MICHAEL KAPPELER / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

Si près, si loin de Pékin

Publié le , modifié le

Quatre jours après la fin des Mondiaux de Pékin, la Ligue de Diamant reprend ses droits avec la 13e étape, jeudi à Zurich, pour la première finale du circuit majeur des meetings où de nombreux champions du monde étrenneront leur nouveau statut.

Quatre jours, c'est peu et beaucoup à la fois. Peu car entre décalage horaire et dernières épreuves disputées le week-end dernier dans le Nid d'Oiseau, un certain nombre d'athlètes seront sans doute dans l'incapacité  physique d'offrir le meilleur. Beaucoup, car battus ou vainqueur, sont déjà impatients de surfer sur la vague ou de prendre leur revanche. En tout, 26 champions du monde nouvellement couronnés seront présents au Letzigrund. Les grands noms présents en Suisse portent sur le demi-fond court avec les Kényans David Rudisha (800m, hors Ligue de diamant) et Asbel Kiprop (1500m) et demi-fond long avec l'Ethiopienne Genzebe Dibaba (3000m), mais aussi sur le sprint, avec la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce (100m). C'est le 3000 m dames, en particulier, qui attirera les regards. Par la présence de la cadette des Dibaba, donc, championne du monde du 1500m, mais aussi par celle de sa grande rivale et compatriote Almaz Ayana, qui l'a privée d'un doublé inédit en s'adjugeant le 5000m dimanche en Chine. Le plateau sera en outre complété de la Kényane Vivian Cheruiyot, sacrée sur 10000m.

Trois championnes assurées de la victoire​

Trois championnes n'ont qu'à poser le pied sur le tartant suisse pour être sûres de remporter la Ligue de Diamant de leur discipline: il s'agit de la Kényane Eunice Sum (800m), de l'Américaine Tianna Bartoletta à la longueur, et de l'Allemande Christina Schwanitz au poids. Même si les points attribués aux trois premiers de chaque épreuve sont doublés en finale (8, 6, 4), toutes possèdent une marge supérieure ou égale à huit points, avec un nombre de succès conséquents, qui leur permet d'avoir la victoire acquise à condition de participer.

Dans 13 autres disciplines, en revanche, le suspense est toujours de mise. Le 200m messieurs (Anaso Jobodwana, Zarnel Hugues ou Alonso Edward ?), le 400m messieurs (Kirani James ou Wayde Van Niekerk ?), le 1500m messieurs  (Asbel Kiprop, Ayanleih Souleiman ou Silas Kiplagat ?), et le 400m haies dames (Zuzana Hejnova ou Kaliese Spencer) sont les épreuves les plus ouvertes. On peut également citer le 110m haies (David Oliver, Orlando Ortega, les mieux placés, mais aussi Pascal Martinot-Lagarde le tenant du titre et Jason Richardson). Cela paraît, en revanche, bien parti pour Jairus Birech au 3000m steeple et pour la Grecque Nikoleta Kiryaokopoulou à la perche. De même pour le Polonais Piotr Malachowski au disque. C'est plus serré sur le 100m dames mais la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce s'est montrée si impériale en Chine que ça devrait bien se passer pour elle. A la longueur, le Britannique Greg Rutherford devra assurer le coup, tout comme le Qatari Mutaz Essa Barshim à la hauteur, tellement décevant à Pékin (4e). Au javelot dames, Barbora Spotakova doit terminer le travail après être, elle aussi, passée à côté de ses Mondiaux. Et Genzebe Dibaba donc, sur 3000 m, doit doublement rebondir.

AFP

Diamond League