Nijel Amos, la star du demi-fond au Botswana
Nijel Amos, la star du demi-fond au Botswana | JONATHAN FERREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Rudisha trop court pour son retour

Publié le , modifié le

Après un an d'absence sur blessure, le roi du 800 m David Rudisha a renoué avec la compétition sans pouvoir jouer sa chance jusqu'au bout, samedi à Eugene. Fidèle à ses habitudes, le Kényan a voulu contrôler la course présentée comme le clou de la 3e manche de la Ligue de diamant. Avant d'aborder le dernier virage, il a placé une redoutable accélération et décramponné légèrement ses adversaires, dont son grand rival, l'Ethiopien Mohammed Aman, champion du monde 2013 à Moscou. Sauf que contrairement à son bel été 2012 où il avait remporté le titre olympique et battu le record du monde à la clef (1:40.91), Rudisha a craqué dans la ligne droite d'arrivée.

Après un an d'absence sur  blessure, le roi du 800 m David Rudisha a renoué avec la compétition sans  pouvoir jouer sa chance jusqu'au bout, samedi à Eugene. Fidèle à ses habitudes, le Kényan a voulu contrôler la course présentée  comme le clou de la 3e manche de la Ligue de diamant. Avant d'aborder le dernier virage, il a placé une redoutable accélération  et décramponné légèrement ses adversaires, dont son grand rival, l'Ethiopien  Mohammed Aman, champion du monde 2013 à Moscou. Sauf que contrairement à son bel été 2012 où il avait remporté le titre  olympique et battu le record du monde à la clef (1:40.91), Rudisha a craqué  dans la ligne droite d'arrivée. 

Il a terminé à la 7e place d'une course enlevée par le Botswanais Nijel  Amos, son dauphin de Londres, qui a signé devant Aman et le Soudanais Abubaker  Kaki le meilleur chrono de l'année (1:43.63).    "1 min 44 sec, ce n'est pas un bon temps, mais je suis content d'être  revenu", a souligné le Kényan de 25 ans qui a soigné pendant toute l'année 2013  les ligaments de son genou droit. "J'ai encore besoin de courses pour être au niveau, mon corps manque de  compétition mais je sais maintenant où je me situe et ce que doit travailler",  a-t-il souligné. 

"J'ai deux semaines devant moi pour être fin prêt pour New York (14 juin,  NDLR). Je serai mieux, c'est sûr", a prévenu le champion du monde 2011. Pas moins de onze meilleures performances mondiales ont été établies samedi  sur la piste du Hayward Field.

Gatlin trahi par le vent

Il y a notamment eu le superbe duel sur 400 m entre Kirani James, champion  olympique 2012, et LaShawn Merritt, champion du monde 2013, qui sont passés  sous le seuil des 44 secondes et n'ont pas pu être départagés (43.97). Le 200 m féminin s'annonçait somptueux avec Allyson Felix et Shelly-Ann  Fraser-Pryce, mais l'Américaine, reine des JO-2012, a terminé 3e (22.44) loin  de sa compatriote Tori Bowie (22.18, MPM). La Jamaïcaine, triple championne du  monde 2013, s'est effondrée à la 8e place (23.06). 

Sur 110 m haies, le jeune Français Pascal Martinot-Lagarde a mis tous les  cadors d'accord en s'imposant en 13 sec 13/100e. A la hauteur, la Russe Anna Chicherova, championne olympique 2012 et  médaillée de bronze des Mondiaux de Moscou, a franchi à sa première tentative  2,01 m, améliorant de trois centimètres la précédente MPM 5&,98 m). Le 100 m a permis à Justin Gatlin de confirmer sa supériorité du moment en  l'absence d'Usain Bolt, toujours pas apparu en compétition, mais le champion  olympique 2004 n'a pas pu améliorer sa meilleur performance de l'année à cause  d'un vent trop fort (+2,7 m/s contre +2 m/s tolérés). 

Il s'est imposé en 9 sec 76/100e, devant son compatriote Michael Rogders et  le Français Jimmy Vicaut. Un autre Français s'est mis en évidence, mais moins qu'à son habitude:  Renaud Lavillenie s'est imposé avec un barre à 5,80 m, loin de son record du  monde de cet hiver (6,16 m) ou même de sa MPM réussie à Shaghaï (5,92 m). "C'était ma première compétition sur 20 foulées, c'était compliqué, je me  suis battu comme un chien, mais ce n'est pas anormal à ce moment de l'année", a  insisté le champion olympique

AFP