Le drapeau kenyan
On pourrait bien ne pas voir le drapeau kenyan cet été aux JO de Rio | AFP - PETER PARKS

Rentrée des classes sous surveillance à la Ligue de Diamant de Doha

Publié le , modifié le

A trois mois des Jeux de Rio, Doha donne le coup d'envoi de la prestigieuse Ligue de diamant, une bouffée d'oxygène après les révélations de l'automne dernier sur le dopage dans l'athlétisme, notamment d'un "système généralisé" en Russie. Sans les Russes, toujours exclus de toutes compétitions officielles, mais avec les Kenyans, sous intense surveillance, dont 8 au départ du 1500m. Et avec les Français Dimitri Bascou (110m haies), Teddy tamgho et Jeanine Assani Issouf (triple saut).

Sebastian Coe dans les tribunes, cela a son importance. Le président de l'IAAF sait que ses athlètes seront particulièrement épiés lors de la première des 14 étapes de la Ligue de Diamant, qui débute à Doha. C'est habituel dans une année olympique. Après les révélations de l'AMA et la suspension de tous les athlètes russes suite au scandale de dopage, la surveillance est encore accrue. Si aucun athlète russe ne sera présent à Doha, les Kenyans y seront. Ils représentent la deuxième grande nation particulièrement épiée, et mise en accusation par le rapport de la commission d'enquête de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

Huit Kényans sont ainsi au départ du 1500 m, dont le filiforme Asbel Kiprop, triple champion du monde (2011/13/15) et or olympique en 2008, ainsi qu'Elijah Manangoi, son dauphin en 2015 à Pékin. Sur 3000 m steeple, la domination des coureurs des hauts plateaux est également certaine, avec en tête de file Ezekiel Kemboi et Conseslus Kipruto, partenaires d'entraînement.

Bascou face à Merritt et McLeod, Tamgho face à Taylor

Sur la piste, l'attention sera forcément portée sur les épreuves de vitesse. En l'absence d'Usain Bolt, c'est le 100m féminin qui aura les honneurs, avec la Néerlandaise Dafne Schippers, vice-championne du monde sur la distance, qui affronte notamment la Jamaïquaine Veronica Campbell-Brown, l'Américaine Tori Bowie et l'Ivoirienne Murielle Ahouré. La plus belle rivalité devrait résider sur le 110m haies. Champion olympique en août 2012 à Londres et auteur dans la foulée du record du monde (12.80) à Bruxelles, Aries Merritt avait été rattrapé par la maladie en 2013, atteint d'une affection génétique rare. Le natif de Chicago s'était fait greffer un rein de sa soeur le 1er septembre 2015, quelques jours seulement après avoir remporté la médaille de bronze aux Mondiaux de Pékin. Merrit, qui a effectué une rentrée en 13 sec 61 le 30 avril à Des Moines, pourra juger de ses progrès face notamment au Jamaïquain Omar McLeod, le hurdler de pointe de ce début de saison, qui l'a nettement devancé dans l'Iowa (13.08). "Il y avait le froid et le vent (à Des Moines). Et j'ai été vraiment surpris par mon chrono de rentrée", a expliqué McLeod. Le Français Dimitri Bascou, médaillé de bronze sur 60 m haies aux Mondiaux en salle de Portland, a également affiché sa forme, en signant 13 sec 27 le 23 avril à Saint-Denis de la Réunion, avec un vent trop généreux (+2,4 m).

Deux autres Tricolores ont fait le voyage de Doha: les triple sauteurs Teddy Tamgho et Jeanine Assani Issouf. Champion du monde 2013 à Moscou, Tamgho est ensuite retombé dans le cycle des blessures, dont la dernière (rupture du talon d'Achille gauche) il y a un an à Doha. Auteur d'une rentrée victorieuse (16,63 m), le 2 avril à Gainesville (Floride), le Francilien se mesure vendredi à la référence, l'Américain Christian Taylor, champion olympique (2012), deux fois en or aux Mondiaux en plein air (2011/2015).

Les nouveautés 2​016

- Une nouvelle répartition des points
Sportivement, c'est la principale nouveauté. Désormais, les six premiers de chacune des épreuves se verront attribuer des points en fonction de leur classement (10, 6, 4, 3, 2 et 1 pt). Les six premières éditions n'en réservaient que pour les trois premiers. L'objectif est d'offrir une course au trophée final plus ouverte, avec le maximum de concurrents en lice le plus longtemps possible.

- Trois essais en plus pour les meilleurs lanceurs et sauteurs
Pour l'ensemble des lancers et tous les types de sauts en longueur (longueur et triple saut), le suspense sera resserré autour des meilleurs au fur et à mesure de l'épreuve. Après les trois premiers essais, seuls les quatre meilleurs obtiendront trois essais de plus alors qu'auparavant, les six à huit meilleurs, soit quasiment l'ensemble du plateau (selon le programme des meetings), sautaient six fois.

- Avec Rabat, l'Afrique possède son rendez-vous
En mars dernier, à la surprise générale, New York a disparu du programme annuel de la Ligue de diamant, remplacé par Rabat, au Maroc. L'objectif est double: rééquilibrer le circuit qui, avec Eugene, comptait déjà un autre rendez-vous aux Etats-Unis, et permettre à l'Afrique, continent historique de l'athlétisme mondial, de figurer au programme, enfin. Le meeting de Rabat, le 22 mai, sera donc synonyme d'entrée d'un 4e continent dans le circuit majeur des meetings d'athlétisme.

Le calendrier de la Ligue de Diamant

6 mai: Doha
14 mai: Shanghaï (Chine)
22 mai: Rabat
28 mai: Eugene (Etats-Unis, Oregon)
2 juin: Rome
5 juin: Birmingham (Grande-Bretagne)
9 juin: Oslo
16 juin: Stockholm
15 juillet: Monaco
22-23 juillet: Londres
25 août: Lausanne (Suisse)
27 août: Paris
1er septembre: Zurich (Suisse)
9 septembre: Bruxelles

AFP