Renaud Lavillenie
Renaud Lavillenie | AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE

Renaud Lavillenie: "Trouver le rythme et les repères en vue des Championnats"

Publié le , modifié le

Principale tête d'affiche du meeting Areva au Stade de France, surtout après le forfait d'Usain Bolt, Renaud Lavillenie aimerait franchir la barre de 6m samedi soir: "Six mètres, c'est une grosse performance partout dans le monde. On n'est que 18 à l'avoir fait dans l'histoire et que 3 à l'avoir fait à cinq reprises. Il faut que tous les paramètres soient au vert pour le faire." Pour le perchiste, cette compétition est importante "car ce sera le premier meeting d'une deuxième série. Je vais enchaîner avec cinq compétitions pour trouver le rythme et les repères en vue des championnats."

- Comment vous sentez-vous au moment d'aborder le meeting de Paris ?
Renaud Lavillenie:
"Ça va, les voyants sont au vert, c'est intéressant car nous avons un vrai  été cette année, ça change de l'année dernière notamment à Paris où le temps  avait été une petite déception."

- Comment regardez-vous ce meeting dans l'optique des Mondiaux de Pékin  (22-30 août)?
R.L.:
"Paris, c'est une date très intéressante car ce sera le premier meeting  d'une deuxième série. Je vais enchaîner avec cinq compétitions pour trouver le  rythme et les repères en vue des championnats. Avec Paris, ça commence tout de  suite par quelque chose de fort, je suis confiant mais ce n'est jamais gagné  d'avance. Comme pour les Mondiaux: vous pensez peut-être que je ne peux pas  perdre. Moi je sais que je peux perdre et je sais aussi que je peux gagner."

"Le vent tourne à l'intérieur"

- Franchir six mètres, c'est une routine ou un exploit désormais ?
R.L.:
"Six mètres, c'est une grosse performance partout dans le monde. On  n'est que 18 à l'avoir fait dans l'histoire et que 3 à l'avoir fait à cinq  reprises. Il faut que tous les paramètres soient au vert pour le faire."

- Est-ce envisageable à Paris samedi ?
R.L.:
"Le Stade de France est un grand stade et ce n'est jamais une condition  idéale car le vent tourne à l'intérieur. A la perche, c'est parfois compliqué  mais il y a aussi des années plutôt bonnes. Quand il fait chaud, le vent tombe  un peu donc j'espère que ces conditions seront proches samedi."

- Vous restez sur un concours plein d'audace à Cheboksary, où vous êtes  passé à 5,85 m après deux échecs à des hauteurs inférieures...
R.L.:
"Oui, mais je ne me suis pas forcément fait une frayeur. J'étais assez  conscient, je n'ai pas pris de risque disproportionné, avec ces règles stupides  (4 échecs en tout, au lieu de trois dans un concours classique, NDLR). Je ne  pouvais pas faire un concours normal. J'ai découvert encore quelque chose de  nouveau et j'ai appris. Sur un moment très compliqué, si je suis confronté à  l'avenir à ce problème, ce concours de Russie est en stock."

"Quoi faire pour continuer à progresser"

- Concourir à domicile constitue-t-il une pression supplémentaire ?
R.L.:
"Ça ne me met pas de pression supplémentaire car c'est quelque chose qui  est à côté. Quand je me prépare, je ne pense pas à tout ça, je pense surtout à  être prêt physiquement et techniquement. Ce n'est pas parce que les gens  attendent telle chose de moi que je dois le faire. J'ai mes objectifs  personnels et avec le coach on les remet à zéro à chaque compétition. Je fais  ce sport parce que j'aime ça, je ne suis pas là pour les autres en priorité.  Maintenant, c'est une chance de pouvoir sauter dans des stades pour ça mais la  priorité c'est quoi faire pour continuer ma progression".

- Quel regard portez-vous sur la concurrence qui se réveille ?
R.L.:
"Ça ne m'inquiète pas. Ça fait deux ans qu'on me tanne à me dire qu'il  n'y a plus de niveau derrière, alors que je dis le contraire. Ils (le Brésilien  Braz, l'Allemand Holzdeppe, le Canadien Barber, NDLR) sont la preuve concrète  que la perche est loin d'être morte, c'est un très bon niveau. Ce qui est  intéressant, c'est de les rencontrer régulièrement. Il y a des jeunes, ce sont  des adversaires qui sont là pour les Mondiaux et pour les JO. J'y trouve de  l'intérêt car ça permet de se sublimer encore un peu plus. Et à côté de ça, je  sais que j'ai un peu de marge si je suis dans un bon jour".

AFP

Diamond League