Lemaitre Rio
Christophe Lemaitre, médaillé d'argent à Rio, sera l'une des têtes d'affiche du meeting de Paris. | Fabrice COFFRINI / AFP

Meeting de Paris : Des stars françaises et une formule renouvelée

Publié le , modifié le

Le meeting de Paris, étape importante de l’athlétisme mondial et comptant pour la ligue de diamant, se déroulera le 1er juillet prochain. Entre arrivée du triathlon, nouveau partenaire et changement de stade, l’édition 2017 réserve son lot de nouveautés.

"On a la chance d’accueillir la Diamond League. Il faut montrer le meilleur de nous aux Français". À un peu plus d’un mois du meeting de Paris, Christophe Lemaitre annonce déjà la couleur. Le sprinteur français ne sera pas là pour faire de la figuration. Car le 1er juillet, comme il est désormais coutume, le gratin de l’athlétisme mondial s'y disputera les points comptant pour la ligue de Diamant. Porté par les stars françaises de l’athlétisme que sont Renaud Lavillénie, Kevin Mayer, Christophe Lemaitre et Floria Gueï, cette édition 2017 du meeting de Paris promet quelques nouveautés.

Une formule renouvelée 

Pour commencer, changement de nom. Exit le "Meeting Areva" pour laisser place au simple Meeting de Paris. Le nouveau partenaire, Bridgestone, qui vient de signer un contrat d’un an reconductible, veut procéder "étape par étape", comme l’indique son DG France, Benoît Raulin. Sous l’influence de ce "partenaire si puissant", selon les mots de Laurent Boquillet, vice-président de la Fédération Française d’Athlétisme (FFA), le meeting de Paris essaye de se hisser "au tout premier rang des meetings mondiaux". Pour y contribuer, le stade Charléty a été choisi au lieu du Stade de France. Cette enceinte, antre des joueuses du PSG, possède une capacité de 20.000 places et des tribunes bien plus proches de la piste. "A Charléty, le public pourra même entendre les athlètes respirer !", s’enthousiasme Laurent Boquillet. Même son de cloche du côté du perchiste médaillé d’argent à Rio, Renaud Lavillénie : "La proximité avec les spectateurs est géniale ici". Le décor est planté.

Les Français à l’honneur

Pour Laurent Boquillet, "l’objectif de ce meeting est de mettre les athlètes français à l’honneur". C’est ainsi que le triathlon fera sa grande entrée. Sous l’impulsion de la très belle médaille d’argent glanée par le décathlonien Kevin Mayer lors des derniers JO, ce sera la première fois qu’une épreuve pluridisciplinaire se déroulera au meeting de Paris. "C’est un honneur pour nous d’être enfin dans un grand meeting", se réjouit la star française, qui devra batailler sur 110m haies, au lancer du javelot et en saut en longueur afin d’honorer son statut de favori. Du côté des sprinteurs tricolores, Christophe Lemaitre, tout juste revenu de blessure à la cuisse gauche, doit encore "gérer ses courses" mais promet "d’envoyer un peu plus à partir de maintenant". Il clôturera la journée sur l’épreuve phare du 200m. Chez les femmes, la française à l’honneur est Floria Gueï. Alignée sur 400m, elle donnera le coup d’envoi de la journée. Elle qui a "changé son schéma de course pour aller plus vite", ne se donne pas d’objectif chiffré. Tout simplement car Floria Gueï "ne se fixe pas de limite". Vient Renaud Lavillénie. La référence mondiale du saut à la perche, de retour à la compétition après une saison hivernale minée par les blessures, promet d’être "de retour au meilleur niveau à la fin du mois de juin". Pour une nouvelle barre au dessus des 6 mètres de haut ? Quoi qu’il en soit, pour Kevin Mayer, "être en tête d’affiche tous les 4 nous permettra de nous transcender chacun individuellement".

Objectif : mondiaux 2017

À un mois des championnats du monde de Londres (du 4 au 13 août), le meeting de Paris sera "un moment important pour les athlètes comme pour les clubs qui devront montrer une véritable montée en puissance", selon André Giraud, président de la FFA. Et ce n’est pas le désormais trentenaire Renaud Lavillénie qui le contredira : "Le plus important est ce qu’il va se passer à Londres". En attendant, il faut continuer à se préparer. Inlassablement.

Et pour patienter, voici le Best Of de l’édition 2016 :

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti