Elaine Thompson
La joie d'Elaine Thomson après son triomphe sur 200m | FABRICE COFFRINI / AFP

Ligue de diamant - Les Dieux étaient fatigués, mais pas Thompson

Publié le , modifié le

Les Dieux du stade étaient fatigués après les JO et les réunions rapprochées de Lausanne et Paris, la semaine dernière : le meeting de Zurich, malgré sa pluie d'étoiles et une température idéale, n'a produit aucune meilleure performance mondiale (MPM) de la saison jeudi soir.

La Jamaïcaine Elaine Thompson est néanmoins restée sur le standard de son doublé 100/200 m à Rio, remportant en 21"85 le 200 m de rêve qui réunissait les quatre meilleures des 15 dernières années. Sur le demi-tour au féminin, la Néerlandaise Dafne Schippers, déçue par la médaille d'argent des Jeux, a été remontée (21"86) sur le fil par Thompson, toute en légèreté. Championne olympique en 2012, et triple championne du monde (2005/2007/2009), l'Américaine Allyson Felix a pris la 3e place en 22"02. La plus âgée (34 ans) du carré d'or, la Jamaïcaine Veronica Campbell-Brown (34 ans), double championne olympique (2004-2008), a pris la 6e place (22"51), rattrapée par les années.

La loi de Semanya

Des podiums entiers de Rio avaient répondu à l'appel. Le même ordre qu'à Rio a prévalu, sans surprise, à l'arrivée du 800 m dames. La Sud-Africaine Caster Semenya, athlète intersexuée qui possède un taux de testostérone la rapprochant des hommes, a devancé, en 1'56"44, la Burundaise Francine Niyonsaba et la Kényane Margaret Nyairera Wambui, dont les allures androgynes posent également question.

Au saut à la perche, les médaillés olympiques sont également devant mais dans un ordre différent. Le jeune Brésilien Thiago Braz, qui a goûté chez lui à l'extase olympique (6,03 m), a arrêté son concours après avoir franchi 5,84 m au 2e essai, ce qu'il avait plus ou moins prévu. Renaud Lavillenie, dont l'or de Londres avait été fondu en argent amer au Brésil, sous les huées du public, a donc savouré une revanche platonique, ex-aequo avec l'Américain Sam Hendricks, tous deux avec 5,90 m. Comme un fait exprès, à l'essai près. "Je gagne la Ligue de diamant pour la 7e fois consécutive (en sept ans d'existence du circuit majeur, un record). J'ai une belle collection désormais. J'en suis fier, car le trophée récompense la constance à haut niveau sur une saison entière. C'est une bataille de tous les meetings", a remarqué le Français, détenteur du record du monde (6,16 en salle) depuis février 2014.

Perkovic intouchable​

La Croate Sandra Perkovic, invaincue depuis un an, a continué son one-woman-show au disque. Déjà assurée d'une 5e Ligue de diamant consécutive, la double championne olympique a lancé à 68,44 m au 6e et dernier essai. "J'ai pu garder l'état de forme des JO. Maintenant, il reste le meeting de Zagreb, chez moi, pour conclure ma première année sans défaite, en espérant battre ma marque nationale", a souligné la discobole de fer.

Il y avait encore place pour les retournements de situation dans la course au jackpot de 40.000 dollars (récompensant les lauréat(e)s des 16 disciplines concernées à Zurich. Une deuxième place a suffit à la Britannique Laura Muir, deuxième du 1500 m derrière l'Américaine Shannon Rowbury (3:57.78 contre 3:57.85) pour conquérir le trophée de la distance, aux dépens de la championne olympique kényane Faith Kipyegon (7e), qui a vu s'envoler les 40.000 dollars (quelque 35.800 euros) du jackpot.

Au lancer de poids, le Néo-Zélandais Tom Walsh, médaille de bronze aux Jeux, avait lui encore des réserves. Le Kiwi a reculé ses limites avec un nouveau record continental (22,20 m). Et, par la même occasion, empoché les 40.000 dollars. A 33 ans, le Jamaïcain Asafa Powell a dominé le 100 m (9.94), son 98e chrono sous les 10 secondes sur la ligne droite. L'ex-recordman du monde a non seulement touché la prime, mais aussi gagné le droit, avec le viatique de la Ligue de diamant, de participer aux Mondiaux 2017 à Londres.

AFP