Ligue de diamant : Avant les France, Martinot-Lagarde et Belocian viennent se frotter au gratin

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Pascal Martinot-Lagarde
Pascal Martinot-Lagarde lors des Championnats d'Europe indoor en mars. | Laurent Lairys / DPPI

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le meeting de Londres pour le compte de la Ligue de diamant a lieu dimanche, la dernière compétition d'envergure avant les Championnats de France la semaine prochaine. Seuls deux Tricolores seront sur le tartan, Pascal Martinot-Lagarde et Wilhem Belocian sur 110m haies.

Pascal Martinot-Lagarde et Wilhem Belocian sont les deux seuls Français en lice au meeting Ligue de diamant de Londres, l'occasion de passer un test très sérieux dimanche face à plusieurs cadors du 110 m haies dont le roi de la discipline Omar McLeod à une semaine des Championnats de France, avec toujours les Mondiaux de Doha (27 septembre-6 octobre) dans un coin de la tête.

Après avoir été freiné par une blessure à l'adducteur gauche le 31 mai, Pascal Martinot-Lagarde (27 ans) doit désormais mettre les bouchées doubles pour rattraper le retard pris dans sa préparation. Son retour à Lausanne (6e place en 13"34 le 5 juillet) lui a permis de réaliser le "niveau de performance requis" fixé par la Fédération française d'athlétisme pour être sélectionnable pour les Championnats du monde et ainsi de "se mettre à l'abri très tôt".

PML en deux-deux

Dispensé rapidement de cette "chasse effrénée aux minima", le champion d'Europe espère maintenant "rentabiliser au mieux le temps" qui lui reste jusqu'au rendez-vous de Doha. "Au départ, je devais lever le pied après les Championnats de France pour repartir de plus belle pour les Mondiaux en respirant. Mais à cause de ma blessure et de mon repos forcé, je vais bosser à fond d'ici les Mondiaux", a expliqué à l'AFP le recordman de France (12"95).

L'idée pour PML, engagé dans une course contre-la-montre d'ici fin septembre, c'est de tenter de rééditer le coup réussi en 2018 quand il était parvenu à décrocher le titre européen à Berlin malgré un exercice contrarié par des pépins physiques. "Je n'ai pas fait une préparation qui me permettrait de faire une saison extraordinaire en meetings. Je ne pense pas avoir une montée en forme immédiate. Par contre, être prêt pour les Championnats du monde, ça je sais faire. L'année dernière, j'ai eu une préparation chaotique mais je suis revenu à temps pour faire les meetings avant de réaliser mon meilleur chrono de la saison aux Championnats d'Europe. Cela va être la même chose cette année", a-t-il estimé. Martinot-Lagarde serait donc déjà heureux d'effectuer à Londres "un remake de Lausanne, une course propre, sans taper les haies, pour repartir sans regrets."

Champion du monde juniors en 2014 puis médaillé de bronze européen chez les grands en 2016 à seulement 21 ans, le Guadeloupéen était promis à une ascension express mais trois ans de blessures ont freiné sa progression. Cette page semble bel et bien tournée.

Pascal Martinot-Lagarde
Pascal Martinot-Lagarde © DPPI

Belocian veut descendre sous les 13"

Cette saison, Belocian a déjà couru en 13"28 (le 22 juin à Nancy), pas très loin de son record personnel (13"25 en 2016), juste avant une belle 2e place à Stanford en Ligue de diamant (le 30 juin), et peut de nouveau clairement afficher ses ambitions en vue des Mondiaux. Son meilleur chrono de 2019 le situe pour le moment en 10e position au bilan mondial, dominé par la pépite américaine (21 ans) Grant Holloway (12"98). Mais le Français est persuadé de pouvoir combler cet écart et d'être "acteur de la compétition" au Qatar, trois ans après la grosse déception des Jeux olympiques de Rio (disqualification en série sur faux-départ).

"J'ai fait des chronos prometteurs pour la suite, ça rassure. Après les années galères que j'ai passées, c'est un nouveau départ. C'est une réelle satisfaction d'avoir pu remonter la pente. J'aimerais me rapprocher rapidement des 13 secondes et pourquoi pas descendre en-dessous. On sait qu'il faut être aux alentours de ces chronos pour avoir une médaille", a-t-il déclaré à l'AFP. n"Il me manquait une vraie préparation et là j'ai bien bossé de septembre à octobre avec Stéphane Caristan à l'Insep et j'ai continué le travail en Guadeloupe. Il fallait que je retrouve mon physique", a-t-il ajouté.

A Londres, Belocian, qui vient tout juste de remporter l'argent à l'Universiade d'été à Naples (13"30 le 12 juillet), s'attend à "une grosse course", un "avant-goût" des Mondiaux. Histoire d'être prêt pour la bagarre qui s'annonce au Qatar.

AFP