Sebastian Coe
Le nouveau président de l'IAAF, Sebastian Coe | AFP - WANG ZHAO

L'athlétisme bascule en mode classements mondiaux, sur le modèle du tennis

Publié le , modifié le

Adieu minima, bonjour classements mondiaux: l'athlétisme a décidé vendredi de réformer son système de qualification pour les Championnats du monde (à Doha en 2019) et les jeux Olympiques (à Tokyo en 2020), en créant des classements mondiaux, sur le modèle de l'ATP et de la WTA en tennis. C'est une petite révolution à laquelle la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a décidé de procéder: jusqu'à présent, pour participer aux grands événements (Mondiaux et JO), les athlètes devaient réaliser des minima, établis chaque saison par l'IAAF.

Désormais, "les classements mondiaux IAAF, qui entreront en vigueur en 2018, vont dicter l'ensemble du système de qualification des compétitions, dont les Mondiaux et les JO", a expliqué le président de l'IAAF, le Britannique Sebastian Coe, cité dans un communiqué de l'instance. Au cours de la saison, les performances réalisées permettront d'inscrire des points, plus ou moins nombreux en fonction de l'importance du meeting concerné, le tout devant aboutir à une "compréhension claire de la hiérarchie mondiale (...) jusqu'à l'apogée que représentent les deux compétitions majeures de l'athlétisme", a justifié Coe.

Le système de points connu en 2018

Le premier sport olympique s'inspire ainsi du tennis et de ses classements ATP (messieurs) et WTA (dames), entrés en vigueur en 1973. Les "détails" pour établir ces classements mondiaux (système de points attribués à chaque meeting et éligibilité pour participer aux Championnats du monde et aux jeux Olympiques) seront "finalisés au cour du premier trimestre 2018, pour que le système puisse être appliqué pour les Mondiaux-2019 à Doha et les JO-2020 à Tokyo", précise l'IAAF. 

L'athlétisme dispose pour sa saison estivale d'un circuit majeur, la Ligue de diamant, qui comptera 14 rendez-vous en 2018, entre l'ouverture à Doha le 3 mai et la clôture les 30 et 31 août à Lausanne et Bruxelles. Ce changement pourrait avoir des répercussions sur les championnats nationaux de certains pays, comme les États-Unis où ils servent d'épreuve de sélection (trials) et ont vu par le passé certains des meilleurs athlètes privés de JO. 

En 2016, par exemple, la hurdleuse Kendra Harrison n'avait pris que la 4e place de ces "trials" sur 100 m haies et n'avait pas validé son billet pour les JO à Rio, alors que trois semaines plus tard, elle battait le record du monde de la distance (12 sec 20). Empêtré depuis l'automne 2015 dans un vaste scandale de dopage et de corruption autour de la Russie, l'athlétisme mondial a lancé sous l'impulsion de son patron Sebastian Coe un vaste programme de réformes spectaculaires, dont l'organisation du calendrier et le format des compétitions fait partie.

AFP