Eugene: Taylor voit loin, Lavillenie garde le cap

Eugene: Taylor voit loin, Lavillenie garde le cap

Publié le , modifié le

L'Américain Christian Taylor a signé samedi à Eugene la 3e meilleure performance de l'histoire du triple saut, tandis que le patron de l'athlétisme français Renaud Lavillenie a concédé sa première défaite dans l'Oregon, mais ne s'en inquiètait pas.

Comme souvent la troisième manche de la Ligue de Diamant, la seule organisée aux Etats-Unis, a offert avec son plateau royal son lot d'exploits, avec pas moins de sept meilleures performances mondiales de l'année, lors de sa seconde journée. Si l'épreuve-reine, le 100 m, a été chamboulée par un vent trop favorable (+2,4 m/s) qui a propulsé six des huit participants sous les dix secondes, dont le vainqueur, l'Américain Ronnie Baker (9.86), le concours de triple saut lui a facilement volé la vedette.

Lavillenie : "Gagner le 8 août"

Les Américains Christian Taylor et Will Claye se sont livrés un duel de toute beauté, peut-être l'un des plus relevés de l'histoire en dépassant tous les deux les 18 m. Taylor, double champion olympique en titre, a débuté son concours avec 17,82 m, mais a bénéficié d'un vent très favorable (+2,5 m/s). Il a réussi 18,11 m à sa quatrième tentative, mais a tremblé lors de la 5e tentative de Claye, mesurée finalement à 18,05 m. Il ne s'agit toutefois pas d'un nouveau record personnel pour Taylor qui avait réussi 18,21 m lors des Championnats du monde 2015 à Pékin. Seul le Britannique Jonathan Edwards est allé plus loin que lui avec son record du monde de 18,29 m datant de 1995, mais à entendre Taylor, ce n'est que partie remise. "Le record du monde est la dernière chose qui me motive, j'ai deux titres olympiques, deux titres mondiaux, le record des Etats-Unis, mais je ne suis que 2e au bilan historique et personne ne se souvient des 2e", a-t-il prévenu.

Lavillenie détient lui le record du monde de saut à la perche, mais il vise en août prochain à Londres le titre mondial, le seul qui manque à son impressionnant palmarès. C'est pourquoi il a pris avec philosophie sa première défaite en cinq participations au rendez-vous d'Eugene. Il s'est arrêté à 5,81 m, mais seul l'Américain Sam Kendricks est allé plus haut que lui avec 5,86 m "Je préfère dans l'absolu perdre ici et gagner le 8 août", jour de la finale des Mondiaux-2017 de Londres, a-t-il souri. "Je suis forcément déçu de faire 2e, dans le sens où je pouvais gagner. C'est souvent comme ça, mais là, il y a de la frustration sur mon dernier essai à +91+ (5,91 m), cela se joue vraiment à un rien, mais c'est le jeu", a analysé le Clermontois.

Autre médaillé français de Rio en lice à Eugene, Dimitri Bascou: pour sa première course de la saison, il a terminé à la 8e place du 110 m haies (13.55) loin du champion olympique jamaïcain Omar McLeod, qui a amélioré sa MPM en 13 sec 01/100e. "C'était une prise de repères à très haut niveau, cela ne m'inquiète pas du tout (...) Je sors d'un stage très dur, j'ai jamais aussi bien travaillé, il faut savoir être patient", a relevé le hurdler. 

AFP