19"50 sur 200m, Noah Lyles a fait chauffer le chrono

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Noah Lyles après sa victoire sur 200m au meeting de Lausanne pour le compte de la Ligue de diamant
Noah Lyles après sa victoire sur 200m au meeting de Lausanne pour le compte de la Ligue de diamant | FABRICE COFFRINI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Noah Lyles a fait sensation au meeting du Lausanne vendredi. L'Américain a signé une course incroyable pour devenir le quatrième meilleur performeur de l'histoire sur 200 mètres.

Au bord du paisible lac Léman, l'épatant américain Noah Lyles a ébloui le public du meeting de Ligue de diamant de Lausanne vendredi en devenant le 4e meilleur performeur mondial de tous les temps sur 200 m en 19"50.

Il est jeune (21 ans) et n'a pas le temps d'attendre : juste avant le spectacle pyrotechnique de fin de meeting, Noah Lyles a enflammé la piste du stade de la Pontoise de sa foulée rythmée pour claquer le gros chrono de la soirée: 19"50 sur 200 m (vent -0,1 m/s) !

"Piste brûlante"

L'Américain devient ainsi le 4e meilleur performeur de tous les temps après les Jamaïcains Usain Bolt et Yohan Blake, et derrière son compatriote Michael Johnson.

"La piste est brûlante ici, je m'y sens super bien. On a travaillé super dur avec mon coach, et j'ai couru exactement comme il le voulait", s'est félicité le Floridien après la course disputée dans des conditions parfaites (pas de nuage, environ 28 degrés). "C'est tellement bon de voir que le travail paie. Tous les ans je fais de gros progrès. Place à la prochaine course maintenant", a-t-il déclaré avec gourmandise.

Noah Lyles est un garçon pressé : après une défaite honorable face à son compatriote Michael Norman le 6 juin à Rome (19"72), il a clairement accéléré pour devancer l'Equatorien Alex Quinonez (19"87) et le Canadien Andre de Grasse (19"92), de retour au très haut niveau.

Dominateur en Ligue de diamant depuis deux ans, Lyles n'a cependant jamais participé à une grande compétition internationale, il est donc vierge de tout palmarès. En 2016, il avait terminé 4e des sélections américaines, ratant de peu une qualification pour les Jeux, puis en 2017, il s'était blessé avant les Mondiaux de Londres. En améliorant son record personnel de 15 centièmes de seconde vendredi (19"65 à Monaco en 2018), il s'avance en grand favori pour les Mondiaux de Doha (27 septembre - 6 octobre).

"Les Mondiaux, j'attends ça depuis 2017, depuis si longtemps ! Mais je n'ai aucune pression comme je n'ai jamais participé à un grand championnat", a-t-il assuré. "J'ai même été déçu que les Trials soient repoussés à juillet (du 25 au 28, ils sont en juin habituellement), ça me fait attendre encore plus. Je veux montrer que je suis le meilleur", ajoute-t-il alors qu'il se contentera du 200 m aux sélections, malgré un record du 100 m de haut niveau (9"86).

Avec Michael Norman (21 ans, 200 et 400 m) et Christian Coleman (23 ans, 100 m) notamment, la nouvelle génération du sprint américain paraît outillée pour dominer le monde cet été. "Je suis impatient de voir ça. Avec ma génération on est prêt, c'est notre tour". Attention toutefois à "l'ancienne génération", représentée notamment par le champion du monde Justin Gatlin (37 ans), encore fringant vendredi sur 100 m (9"92) après avoir couru en 9"87 vendredi à Stanford (Californie).

AFP