Des stéroïdes retrouvés chez Pistorius

Des stéroïdes retrouvés chez Pistorius

Publié le , modifié le

Les révélations et les rumeurs n'en finissent plus dans la dramatique affaire Pistorius. La veille de sa comparution au tribunal de Pretoria où seront révélés les principaux éléments de l'enquête, le quotidien britannique le Sun a affirmé que des stéroïdes anabolisants avaient été retrouvés au domicile de l'athlète, accusé de meurtre avec préméditation sur sa compagne, le top model Reeva Steenkamp.

Selon le Sun, qui cite des sources proches de l'enquête, “des stéroïdes ont été trouvés à la maison de Pistorius avec des preuves d'une forte alcoolisation au cours de la soirée. C'est pourquoi la police a ordonné que Pistorius soit testé pour une prise de stéroïdes." La fin des supputations prendra fin mardi au moment même où la famille de Reeva Steenkamp sera réuni pour ses funérailles. Une coïncidence de plus dans une affaire qui a bouleversé l'Afrique du Sud. Depuis la découverte du corps et l'inculpation de la star mondiale du handisport, chacun y va de sa thèse. Du simple accident, évoqué quelques heures après le drame le jour de la  Saint-Valentin --Pistorius  aurait confondu sa victime avec un cambrioleur-- au  meurtre sauvage à coup de batte de cricket, plusieurs scénarii ont été avancées dans la presse.

Aucune n'a reçu de confirmation officielle

Le parquet aurait, selon la presse, un dossier "solide comme un roc" pour  étayer même le "meurtre avec préméditation", passible de la perpétuité. "L'autopsie est finie, je n'ai pas le rapport mais vous entendrez son  contenu demain (mardi) au tribunal", a précisé à l'AFP une porte-parole de la  police Katlego Mogale. Des détails scabreux ont émergé au cours du week-end, notamment l'existence d'une  batte de cricket ensanglantée et l'hypothèse d'un rival ayant déclenché une crise de jalousie, sans qu'aucune de ces allégations soit confirmée. Oscar, repéré depuis les JO paralympiques d'Athènes en 2004 quand il avait  17 ans et tête d'affiche de plusieurs campagnes publicitaires, de Nike à  British Telecom, devait prendre le départ de cinq épreuves d'ici fin mai, que  son agent a toutes annulées. Beau, charismatique, il menait une vie sociale active à Johannesburg, mais les témoignages s'accumulent ces derniers jours le dépeignant sous les traits d'un dangereux caractériel à la gâchette facile et machiste. Il est grand temps de tirer cette affaire au clair.

Xavier Richard @littletwitman