Christophe Lemaitre
Christophe Lemaitre | CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Ligue de Diamant : Charléty, meeting de la dernière chance pour Christophe Lemaitre

Publié le , modifié le

Réaliser les minima sur 200 m pour ne pas rater le train pour Doha en individuel, telle sera la mission de Christophe Lemaitre ce samedi à Charléty, lors de la douzième étape de la Ligue de Diamant. Malgré des performances en demi-teinte depuis son retour à la compétition fin juin, le Français se dit confiant quant à ses capacités à décrocher son sésame pour le Qatar. Un point de vue partagé par notre consultant Stéphane Diagana.

Paris, ou le meeting de la dernière chance. La Ligue de Diamant fait étape à Charléty ce samedi soir, et les athlètes français en quête des minima pour les Mondiaux de Doha (du 28 septembre au 6 octobre) auront une ultime occasion de briller pour espérer faire partie des heureux élus lors de l’annonce de la liste définitive par la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) le 6 septembre prochain. Rénelle Lamote sur 800 m ou encore Benjamin Compaoré en triple saut sont de ceux-là, mais un homme en particulier sera scruté de près : Christophe Lemaitre.

Car à un mois du début des Mondiaux, le recordman de France du 200 m (19.80) et médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 doit pour le moment se contenter d’une place dans le relais 4x100 m pour les Mondiaux, en espérant décrocher son ticket individuel sur le demi-tour de piste ce samedi à Paris. Mais Lemaitre, qui n’a repris la compétition que fin juin après une année perturbée par les pépins physiques, reste encore loin du compte.

La France bat l'Italie 82-80
La France bat l'Italie 82-80 © AFP

Si son chrono de 20.46 au meeting de Sotteville pour son troisième 200 m de l’année laissait espérer une belle montée en puissance de l’Aixois, la suite s’est vite avérée moins reluisante. Une sixième place en 20.90 indigne de son statut lors des derniers championnats de France fin juillet avant deux nouvelles sorties conclues au-dessus de la barre des 20.50 à Szczecin en Pologne (20.56) et à Schifflange au Luxembourg (20.66), le Français reste encore à distance des minima requis par la FFA (20.35) et l’IAAF (20.40) et regarde de loin les meilleurs athlètes du monde se tirer la bourre sur le demi-tour de piste.

Mais pour Stéphane Diagana, champion du monde sur 400 m haies et 4x400 m, il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur le niveau de Christophe Lemaitre. "Je ne me fais pas de souci parce qu’il a réussi à réaliser ce chrono de 20.46 assez tôt dans sa saison. C’est vrai qu’il a déjà vécu des saisons plus simples que celle-ci mais s’il n’a pas été blessé depuis, je pense qu’il aura eu le temps de travailler et d’avoir la fraîcheur suffisante pour se qualifier", confie le consultant Francetvsport, qui estime que le sprinteur français "a les capacités pour courir entre 20.20 et 20.40 ce samedi." Des temps de passage largement dans les cordes du Français, lui qui a claqué 20.35 ou moins à chaque saison depuis 2009.

"Normalement, ça devrait le faire"

Pas d’inquiétude non plus du côté du principal intéressé, qui garde confiance en son mental et en son physique. "Restons positif et optimiste car je sais que j’ai les minimas dans les jambes", confiait Christophe Lemaitre sur ses réseaux sociaux après le meeting de Schifflange le 18 août dernier. Un mantra conservé jusqu’à Paris pour le sprinteur, qui n’a pas manqué de confier ses bonnes sensations sur la piste de Charléty. "J'aborde le meeting en étant sûr de mes possibilités. Les derniers entraînements se sont bien passés. (…) Normalement, ça devrait le faire."  

Lemaitre, qui s’était plaint du froid, du vent et de la pluie lors de ses deux dernières sorties, aura droit cette fois à des conditions parfaites à Paris. Surtout, il fera face à ce qui se fait de mieux sur la planète du 200 m avec la nouvelle pépite américaine Noah Lyles, 4e performeur de l'histoire (19.50 le 5 juillet dernier), et le champion du monde turc Ramil Guliyev. Loin du plateau aligné à Schifflange où il s’était imposé dans une course à seulement quatre concurrents, au niveau trop faible pour tirer le Français vers le haut. "Cela va être bien d'avoir des gars qui vont très vite et il faudra en profiter pour sortir une bonne performance aussi", a-t-il estimé.

Surtout, il aura la chance de courir à domicile, un avantage loin d'être négligeable selon Stéphane Diagana. "Il est à Paris donc les organisateurs peuvent se permettre de lui donner un bon couloir au regard de ce qu’il a réalisé cette saison. Ce qui ne serait pas le cas s’il allait courir à l’étranger, où on aurait plus tendance à regarder son chrono de 20.46 et le mettre au couloir 2 ou 8. Là, il peut espérer un couloir 3 ou 6 même s’il y a un gros plateau. Pourquoi ? Parce que c’est Christophe Lemaitre." De quoi se montrer plus ambitieux que jamais, alors que le compte à rebours pour Doha arrive à son terme.