Doha 2019 - Yohann Diniz : "On est pris pour des cons"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Julia Solans
Yohann Diniz regrette d'être venu à Doha
Yohann Diniz regrette d'être venu à Doha | Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les championnats du monde d'athlétisme 2019 à Doha démarrent ce vendredi dans une ambiance particulière. La température étouffante du Qatar pose un vrai débat. Entre climatisation des stades et chaleur extérieure, la différence est de taille. Certains athlètes attaquent directement l'organisation et les conditions dans lesquelles ils s'entraînent. C'est le cas de Yohann Diniz, champion du monde en titre du 50 km marche. Révolté, le Français n'a pas mâché ses mots et affirme être mis "dans une fournaise".

"Dépité" par la situation

"Je suis un peu dépité. Clairement je ne vais pas vous mentir. Je suis arrivé ici en très grande forme mais il y a plein de choses qui me font douter maintenant." Il aura fallu quelques secondes de conférence de presse pour que Yohann Diniz climatise la ville à lui tout seul. Et le champion du monde 2017 de 50 km marche ne s'arrête pas là. Frustré, il vide finalement son sac : "J’ai l’impression que le hors stade, on est pris pour des cons. Là je parle avec mon cœur parce que clairement je suis énervé. Encore dans le stade on va avoir des conditions normales où il fera entre 24 et 25ºC, il n’y a pas de problèmes. Mais là, on arrive tous en forme et on nous met dans une fournaise qui n’est pas possible." a-t-il ajouté. Le triple champion du monde a même affirmé qu'il "regrette d'être venu". Des mots forts avant de s'illustrer samedi soir, à partir de 22h30.

Ces températures démesurées obligent les athlètes à se surpasser dans des conditions extrêmes. Par sécurité, l'IAAF aura le droit d'annuler ces deux épreuves jusqu'à 2 heures avant leur départ. Mais dans tous les cas, les participants auront du mal à faire une performance des grands soirs. Une situation que déplore Yohann Diniz, venu conserver son titre.

Marche et marathon, les deux oubliés

Indigné, le Français de 41 ans dénonce un manque d'attention de l'organisation vis-à-vis de sa discipline : "Il fait super chaud, il fait super humide, on est pris pour des cobayes. Ils nous ont envoyé un questionnaire pour voir comment on allait se comporter par rapport à la chaleur. Là, j’ai vraiment l’impression que le hors stade n’a pas été considéré sur cette compétition-là. Le marathon et la marche n’ont pas été considérés." Contrairement à toutes les autres épreuves qui se déroulent au sein d'un stade bien préparé pour l'occasion, la marche et le marathon se déroulent dans un environnement naturel. Ce qui inquiète fortement Yohann Diniz. Comment redescendre la température du corps après un tel effort physique sous 40ºC ressentis ? Le tricolore est catégorique : "Le rythme ne sera pas élevé de toute façon sinon c'est aller au suicide". Non seulement la chaleur oppressante de Doha peut être dangereuse pour la santé des participants, mais elle pourrait bien ôter une partie du spectacle. 

La climatisation comme seul refuge

Seule solution pour survivre à cette canicule et faire une performance satisfaisante : les stades. Dotés d'un toit et d'une climatisation à la pointe de la technologie, ces refuges offrent des températures vivables. Le problème de la chaleur ne concerne donc pas tout le monde : "On s’y sent bien dedans (le stade), je suis obligé de l’admettre. On s’y sent comme dans une salle indoor mais climatisée." a déclaré Pierre-Ambroise Bosse en conférence de presse ce vendredi matin. Jimmy Vicaut, candidat pour le 100m, partage le même avis : "C’est parfait. En plus c’est bien recouvert, il n'y a pas trop de vent, je pense que c’est le bon stade (rires)". Les propos des autres Français sont donc bien loin de l'avis cinglant donné par Yohann Diniz.

Le recordman du saut à la perche, Renaud Lavillenie, ne comprend pas comment certains athlètes peuvent encore être étonnés par la chaleur de Doha : "Il faut être conscient que les championnats du monde à Doha ça ne fait pas deux ans que l’on est au courant. Pour tout le monde, on a eu le temps de se faire à l’idée et pouvoir s’y préparer. Je suis venu ici l’année dernière en stage pour justement voir la chaleur. Il faut s’y adapter, quoi qu’il arrive on sera tous dans les mêmes conditions." a-t-il manifesté ce jeudi. Mais le champion olympique a oublié que certaines disciplines ne bénéficiaient pas de la climatisation des stades. Quant au marathon et au 50 km marche, le suspens restera entier jusqu'à la dernière minute, pour savoir si oui ou non, les athlètes exerceront leur discipline sous ces conditions chaotiques.

Championnats du Monde d'Athlétisme