Doha 2019 : l'abandon de Kevin Mayer, le 3e chrono de l'histoire de Salwa Eid Naser, le duel Johnson-Thompson-Thiam, le bilan de cette 7e journée

Publié le , modifié le

Auteur·e : Elena Cervelle
Kevin Mayer

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La 7e journée des championnats du monde de Doha a été riche en émotion. D'abord Kevin Mayer a été contraint d'abandonner son décathlon, blessé au tendon d'achille et à l'ischio-jambier gauche. Puis Salwa Eid Naser a réveillé tout un stade en devenant la troisième coureuse de l'histoire sur 400 m (48''14). Et enfin, le dénouement des épreuves combinées a tenu toutes ses promesses avec le sacre de Katarina Johnson-Thompson et de Niklas Kaul à seulement 21 ans. Le bilan de cette 7e journée...

Le duel du jour : Katarina Johnson-Thompson a pris le dessus sur Nafissatou Thiam

L’affrontement entre la championne du monde en titre Nafissatou Thiam et la championne d’Europe en salle du pentathlon Katarina Johnson-Thompson a débuté dès le 100 m haies, première épreuve du mercredi où elles étaient toutes les deux dans la même série. Et la Britannique qui a pris l’avantage.

A la hauteur, son point fort, la Belge n’a pas réussi à faire la différence. Elle s’est arrêtée à 1,95 m comme Johnson-Thompson, alors qu’elle a déjà passé 2,02 m cette année. Même si elle a devancé “KJT” au poids, cette dernière a repris l’avantage sur le 200 m pour conclure la première journée avec une avance de 96 points. 

La seconde journée a permis de souligner l’évolution de Johnson-Thompson : souvent pointée du doigt par sa difficulté à gérer ses émotions en compétition, elle est restée concentrée dans sa compétition. La preuve à la longueur, malgré un premier essai correct (6,32 m) mais loin de ses capacités (record à 6,95 m) elle ne s’est pas désunie et a remporté le concours avec 6,77 m. A l’inverse, la Belge n’a pas pu faire mieux que 6,40 m alors qu’elle est habituée à sauter bien plus loin (6,86 m).

Avec déjà plus de 200 points d’avance, la suite s’annonçait difficile pour Thiam, surtout qu’elle abordait le javelot avec une douleur au coude. Johnson-Thompson comptabilisait 137 points avant le 800 m et visait la barre des 7000 points. Elle échoue à environ une seconde mais devient championne du monde avec le record de Grande-Bretagne en prime (6981 points). Thiam termine deuxième en 6677 points, loin de son record (7013 points) et l’Autrichienne Verena Preiner prend le bronze (6560 points). 

Côté français, Solène Ndama a battu deux records au cours de la compétition : mercredi au poids (13,68 m) et ce jeudi au javelot (37,62 m). Insuffisant pour rivaliser avec le podium mais de quoi prendre de l’expérience avant les Jeux de Tokyo en 2020. Elle termine 14e après une deuxième journée plus décevante avec 6034 points. 

Doha 2019 : l'abandon de Kevin Mayer, le 3e chrono de l'histoire de Salwa Eid Naser, le duel Johnson-Thompson-Thiam, le bilan de cette 7e journée
© Jewel SAMAD / AFP

La star du jour : Salwa Eid Naser

Tout simplement la troisième performance de l’histoire ! Salwa Eid Naser s’est imposée sur le 400 m devant la grande favorite Shaunae Miller-Uibo dans le temps stratosphérique de 48’’14. A seulement 21 ans, la vice-championne du monde à Londres en 2017 monte encore d’un palier pour s’emparer de l’or après une course totalement maîtrisée où elle a fait toute la différence dans le virage. D’ailleurs les cinq première de la course battent leurs records personnels. La Bahaméenne rentre le top 5 de tous les temps en 48’’37 devant la Jamaïcaine Shericka Jackson (49’’47). Miller-Uibo espérait sûrement mieux mais elle a fourni son effort trop tard pour revenir sur la Bahreïnienne.

à voir aussi Doha 2019 : Supersonique, Salwa Eid Naser remporte le 400 m avec la troisième performance de tous les temps Doha 2019 : Supersonique, Salwa Eid Naser remporte le 400 m avec la troisième performance de tous les temps

Le concours du jour : le poids féminin

Le duo de tête s’est dessiné assez vite. Comme en 2017, la chinoise Lijao Gong remporte l’or et monte sur un podium pour la sixième fois depuis 2009. Dès le premier essai elle a pris les commandes et propulsé son poids à 19,07 m avant de l’améliorer au deuxième (19,42 m) puis au troisième (19,55 m) et elle n’a jamais été rejoint. Derrière, la Jamaïcaine Danniel Thomas-Dodd s’est installée à la deuxième place avec 18,97 m. Elle a même failli prendre l’or sur son dernier essai mais échoue à huit centimètres (19,47 m). Pour la troisième place, la bataille a fait rage entre l’Allemande Christina Schwanitz et l’Américaine Maggie Ewen. La première était sur le podium jusqu’au troisième essai, avant qu’Ewen ne prenne l’avantage. Mais la championne du monde 2015 s’est surpassé pour sortir le jet à 19,17 m qui lui assurait le bronze. La grosse surprise, c’est la championne olympique 2016, Michelle Carter, qui n’est pas parvenue à améliorer son jet à 18,41 m et n’a pas bénéficié des essais supplémentaires.

Doha 2019 : l'abandon de Kevin Mayer, le 3e chrono de l'histoire de Salwa Eid Naser, le duel Johnson-Thompson-Thiam, le bilan de cette 7e journée
© ANDREJ ISAKOVIC / AFP

La (mauvaise) surprise du jour : Kevin Mayer abandonne le décathlon sur blessure 

Le champion du monde en titre et recordman du monde a été forcé d’abandonner pour blessure. Déjà gêné au genou droit avant la compétition, il a également révélé souffrir du tendon d’Achille et de l’ischio-jambier. En souffrance depuis le début de la compétition mais surtout après le 110 m haies, il a été incapable de terminer sa course d’élan et de franchir une barre à la perche tellement la douleur était forte. “Ce matin je ne pouvais même pas marcher” a-t-il avoué au micro de France TV Sport. Avec cet abandon, aucun des champions du monde Français de Londres (Pierre-Ambroise Bosse, Yohann Diniz et Kevin Mayer) n’est parvenu à conserver son titre à Doha.

Le titre revient finalement à l’Allemand Niklas Kaul après une deuxième journée exceptionnelle. 11e mercredi, il rafle l’or jeudi à 21 ans grâce notamment à trois records personnels dont son énorme jet au javelot (79,05 m record des championnats). Avant le 1500 m, ils sont 4 en 43 points avant le 1500 m et tout est possible. Kaul est parti comme une flèche pour signer son meilleur temps de la saison et s’assurer du titre mondial avec un record en prime (8691 points). 

L’Estonien Maicel Uibo, premier avant le 1500 m, n’a pas pu lutter et doit se contenter de la deuxième place avec 8604 points. Comme sa femme Shaunae Miller-Uibo, il prend l’argent. Le Canadien Damian Warner est décidément maudit. Régulièrement médaillé aux mondiaux et aux Jeux Olympiques, il n’a jamais réussi à remporter de titre. Cette fois il est bronzé avec 8529 points.

Doha 2019 : l'abandon de Kevin Mayer, le 3e chrono de l'histoire de Salwa Eid Naser, le duel Johnson-Thompson-Thiam, le bilan de cette 7e journée
© ANDREJ ISAKOVIC / AFP

Les Français du jour : Rouguy Diallo en finale du triple, Miellet en demi-finale du 1500 m

Deux Français disputaient les séries du 1500 m. Le premier à s’élancer est Alexis Miellet pour ses premiers mondiaux. Aligné aux côtés du prodige Jakob Ingebrigtsen, du Polonais Marcin Lewandowski, du Kényan Manangoi ou encore du recordman du monde en salle Samuel Tefera, la marche était haute. Et le champion de France ne s’est pas laissé impressionner. Il a su prendre sa course en main pour terminer au finish avec ses concurrents et prendre la deuxième place derrière Ingebgrigtsen en 3’37’’69. Rabii Doukkana a finalement été obligé de renoncer suite à une blessure au mollet. 

Au triple saut, Rouguy Diallo s’est qualifiée pour la finale du triple saut samedi avec 14,25 m, 7e performance des qualifications et surtout son meilleur saut de la saison. Elle retrouvera notamment la grande favorite pour le titre, la Vénézuélienne Yulimar Rojas, la seule à avoir sauté à plus de 15 m cette saison (15,41 m) mais aussi la Colombienne Caterine Ibarguen, championne olympique et double championne du monde. 

On a hâte de voir : le poids masculin et le 1500 m féminin

Huit hommes ont lancé à plus de 22 m cette saison, ce qui n’était jamais arrivé. Mais seulement six seront présents en finale : le Polonais Michal Haratyk et le Luxembourgeois Bob Bertemes ne sont pas parvenus à atteindre la marque de qualification (20,90 m). Pour le titre il faudra surveiller les performances de deux champions. D’un côté, Ryan Crouser champion olympique 2016 a projeté son poids à 22,74 m cette saison, le plus long lancer depuis 1990. A noter qu’un Américain est toujours monté sur le podium des mondiaux depuis leur création. De l’autre côté, Tomas Walsh, champion du monde en titre et qui a déjà lancé dans six concours à plus de 22 m cette saison. Il faudra tout de même se méfier du Brésilien Darlan Romani, et des deux autres Américains Darrell Hill et Joe Kovacs samedi. 

En l’absence de la recordwoman du monde Genzebe Dibaba, blessée, c’est la Néerlandaise Sifan Hassan qui fait office de favorite. Déjà titrée sur le 10 000 m, elle vise un doublé samedi. Partie, comme à son habitude, à l’arrière du peloton, elle a fourni son effort dans le dernier tour pour s’imposer facilement en 4’14’’69 devant l’Américaine Shelby Houlihan (4’14’’91). La championne du monde en titre Faith Kipyegon est également qualifiée tout comme la Marocaine Rababe Arafi et surtout la Britannique Laura Muir

Elena Cervelle @Elena_Cvl

Championnats du Monde d'Athlétisme