Doha 2019 : Karsten Warholm conserve son titre sur le 400 m haies devant Benjamin et Samba

Publié le , modifié le

Auteur·e : Elena Cervelle
Karsten Warholm

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Norvégien Karsten Warholm a conservé son titre sur le 400 m haies où Abderrahman Samba et Rai Benjamin était aussi attendus. Le recordman d'Europe est parti comme une bombe pour devancer ses adversaires. Pas de record du monde à la clé mais une course riche en intensité.

Karsten Warholm se savait attendu. Titré par surprise en 2017 à Londres sur le 400 m haies, cette fois il n'avait pas son dossard d'outsider mais bien de meilleur performeur mondial de la saison. Avant de prendre le départ, il avait des allures de lion en cage qui n'attendait qu'une chose : en découdre. Comme à son habitude il est parti sur des bases élevées. Et en voyant Rai Benjamin le suivre, il ne s'est pas affolé et a remis un coup d'accélérateur pour s'imposer en 47''42 et conserver son titre. 

Sauf qu'ils étaient au moins à deux à pouvoir contredire ses plans. Le Qatari Abderrahman Samba courait chez lui, ce qui aurait pu être une force. Mais après un départ timide, il n'est que sixième aux 300 m. Mais grâce à son finish canon, il coiffe Kyron McMaster sur la ligne d'arrivée pour décrocher la médaille de bronze en 48''03. 

Rai Benjamin, lui, est parti sur les mêmes bases que Warholm. Le Norvégien est bien connu pour courir le premier 200 m très rapidement (à Londres il passe la 5e haie en 20''05, plus rapidement que Kevin Young lors de son record du monde). Parti pour batailler avec le recordman d'Europe comme à Zurich en août dernier (il termine deuxième en 46''98 contre 46''92 pour Warholm), il pioche dans ses réserves et ne peut revenir. Il devient donc vice-champion du monde en 47''66. 

Pas de record du monde à la clé 

Le public attendait surtout de savoir si l'un de ces trois athlètes allait battre le record du monde de Kevin Young (46''78) établi en 1992. Ou du moins s'en approcher. Ce sont les trois seuls athlètes à avoir couru en moins de 47 secondes dans l'histoire derrière Young. Ce n'est que partie remise. Kévin Young peut encore dormir avec le record du monde une année de plus.  

Elena Cervelle @Elena_Cvl

Championnats du Monde d'Athlétisme