Coleman et Echevarria
Christian Coleman et Juan Miguel Echevarria lors de la première journée des Mondiaux de Doha | AFP

Doha 2019 : Coleman et Warholm au rendez-vous, Echevarria en haut de l'affiche, ce qu'il faut retenir de la première journée des Mondiaux d'athlétisme

Publié le , modifié le

La première journée des championnats du monde d’athlétisme à Doha a été marquée par les séries du 100 mètres dominées par Christian Coleman. Sur 800 mètres, Ajee Wilson a débuté timidement en l’absence de Caster Semenya. La pépite Karsten Warholm est entrée sobrement dans sa compétition sur 400 mètres haies alors que Jakob Ingebrigtsen a été disqualifié su 5 000m. Voici ce qu'il faut retenir de ce premier jour à Doha.

Coleman prêt à en découdre

Christian Coleman aurait pu –ou dû ?- ne pas participer à ces championnats du monde d’athlétisme à Doha. En ayant manqué trois no-shows en 18 mois, le sprinteur américain, homme le plus rapide actuellement sur 100 mètres, a néanmoins été autorisé à concourir par l’Agence mondiale anti-dopage. Et Pour lancer sa compétition Coleman a envoyé un message clair à la concurrence : 9"98 affichés au chronomètre et seul athlète des séries à passer sous les 10 secondes.

La course de Christian Coleman

Vice-champion du monde en 2017 à Londres derrière son compatriote Justin Gatlin, Coleman s’est aligné uniquement sur 100 mètres cette année pour se donner toutes les chances de remporter le titre mondial. Cela semble bien parti. Gatlin, a lui aussi bien débuté décrochant, à 37 ans, le troisième temps des séries (10"06). Le tenant du titre, espère être sur la piste de la finale samedi soir pour défendre son titre. Il aura fort à faire en demi-finales en début de journée où il sera opposé à Yohan Blake. Le Jamaïcain a remporté sa série en 10"07 devant le Français Jimmy Vicaut qui a assuré lui aussi sa place en demies.

 

à voir aussi Doha 2019 : Jimmy Vicaut qualifié pour les demies du 100 mètres, Christian Coleman survole les séries Doha 2019 : Jimmy Vicaut qualifié pour les demies du 100 mètres, Christian Coleman survole les séries

Wilson timide en l’absence de Semenya

Le 800 mètres féminin se dispute sans sa star à Doha ! L’athlète hyperandrogène Caster Semenya, championne du monde et olympique en titre, est interdite de participation à Doha à cause de la réglementation sur l’hyperandrogénie. En son absence, Ajee Wilson, auteure du deuxième meilleur temps de la saison derrière la Sud-Africaine, a débuté timidement. L’Américaine a remporté la première série du 800 mais réalise seulement le onzième temps des séries en 2'02"10. Nul doute qu’elle en a gardé sous le pied avant les demi-finales de ce samedi (18h15), et la finale de lundi, où elle devrait descendre sous les deux minutes. Médaillée de bronze à Londres en 2017, elle est la favorite pour l’or à Doha.

 

à voir aussi Doha 2019 : Rénelle Lamote en maîtrise pour atteindre les demi-finales Doha 2019 : Rénelle Lamote en maîtrise pour atteindre les demi-finales

Warholm se met en jambes

Il n’a que 23 ans mais il compte déjà un titre de champion du monde et de champion d’Europe sur le 400 mètres haies. Star de ces Mondiaux, le Norvégien Karsten Warholm a réalisé le troisième temps des séries avec un chrono en 49"27. Loin de ses 46"99 réalisés à Zurich cette année, le détenteur du deuxième meilleur temps de l’histoire a remporté sa course sans forcer et semble bien entrer dans la compétition où toute la planète espère le voir battre le record du monde de Kevin Young (46"92) inégalé depuis 1992. Il sera dans la même demi-finale que le Français Ludvy Vaillant, demain à 17h15.

Son principal concurrent Rai Benjamin a lui aussi maîtrisé sa course. Vainqueur de sa série, l’Américain, deuxième meilleur performeur de l’année, a réalisé le dixième temps des séries. La montée en puissance est attendue dès samedi avant la grande finale de lundi.

Karsten Warholm remporte sa série facilement aux Mondiaux de Doha
Karsten Warholm remporte sa série facilement aux Mondiaux de Doha © Jewel SAMAD / AFP

Craddock peut maintenant se mordre les doigts

Les Etats-Unis espéraient un podium 100% à leurs couleurs sur le triple saut, ça ne sera pas le cas. Face aux trois meilleurs triples sauteurs de la saison, Claye, Taylor et Craddock, la concurrence était prévenue mais le dernier manque à l’appel vendredi soir. Avec un premier saut à 16,87 mètres, Omar Craddock a ensuite mordu ses deux derniers essais ce qui le prive de finale dimanche. Will Claye et Christian Taylor -triple tenant du titre- ont assuré l’essentiel sans avoir à aller au-dessus des 17 mètres. Quatrième performeur de la saison derrière les Américains, le Portugais Pedro Pablo Pichardo a réalisé le meilleur saut des qualifications avec une marque à 17,38 mètres.

Jakob Ingebrigtsen disqualifié sur 5 000 m

Grosse désillusion pour le jeune prodige norvégien Jakob Ingebrigtsen en série du 5 000 mètres. Le double champion d'Europe (1 500 et 5 000 m), qui a fini 4e de sa course, pensait s'être qualifié pour sa première finale mondiale quelques jours après avoir fêté ses 19 ans, mais il a été disqualifié pour avoir mis le pied sur la pelouse à l'intérieur de la piste. La Fédération norvégienne a décidé de faire appel de cette décision. 

Les séries du 5000 mètres n'ont pas fini de faire parler. Le coureur d'Aruba Jonathan Busby, visiblement épuisé et au bord de l'effondrement dans le dernier tour de sa course, a terminé largement soutenu par un autre concurrent, déclenchant une standing ovation du stade Khalifa. "Je voulais juste l'aider à finir. Je pense que tout le monde aurait fait pareil", a simplement déclaré le Guinéen Braima Suncar Dabo.
 

Aidé par Dabo, Busby termine le 5000m à bout de forces

Qui pourra arrêter Echevarria ?

Avec un saut à 8,40 mètres, Juan Miguel Echevarria a-t-il déjà mis tout le monde d’accord ? A 21 ans, le Cubain est l’une des attractions de ces mondiaux et semble bien parti pour décrocher son premier titre mondial en outdoor. Un seul saut et l’affaire était pliée pour se diriger vers la finale du saut en longueur. Deuxième meilleure sauteur des qualifications, Jeff Henderson a dû s’employer et attendre son troisième essai pour atterrir dans le bac à sable à 8,12 mètres... très loin d’Echevaria.

Frayeur à 1.89 pour Lasitskene

La championne du monde en titre s’est fait un peu peur lors des qualifications pour la finale du saut en hauteur. La Russe Mariya Lasitskene, qui concourt sous drapeau neutre, a manqué son premier essai à 1,89 mètre avant de se reprendre et franchir 1,94 qui lui permet de se qualifier. Petite alerte sans conséquence qu'il faudra éviter lors de la finale de lundi face à l'Américaine Vashti Cunningham , 21 ans, qui a réalisé un sans faute ce vendredi.

Championnats du Monde d'Athlétisme