Doha 2019 : Christophe Lemaitre revient sur son forfait, "J'ai vu que je n'avais pas le niveau mondial"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Christophe Lemaitre
Christophe Lemaitre | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Qualifié in extremis sur 200 m pour les championnats du monde de Doha après avoir réalisé les minimas au meeting de Paris, Christophe Lemaitre a finalement décidé de ne pas s'aligner sur la distance ce dimanche. Pas suffisamment avancé dans sa préparation, largement tronquée par des pépins physiques, le sprinteur français préfère se focaliser sur le relais 4x100m. "Je n’ai pas le niveau pour faire un 200 m d’un niveau mondial", reconnaît-il, lucide.

Il devait se présenter à Doha dans la peau d’un outsider, mais après quelques semaines de réflexion, Christophe Lemaitre a décidé de se retirer du 200 m, sa discipline de prédilection, préférant se focaliser sur le relais 4x100 mètres messieurs. "J’essayais de revenir en forme petit à petit, mais après quelques séances de sprint, j’ai bien vu que ça n’avançait pas", admet le Français, "J’ai vu que je n’arriverais pas à me mettre au niveau d’un championnat du monde sur le 200m. J’avais envie de le faire mais il faut savoir être objectif. J’ai préféré m’abstenir", poursuit-il.

à voir aussi Doha 2019 : Lemaitre forfait sur 200 m, concentré sur le relais Doha 2019 : Lemaitre forfait sur 200 m, concentré sur le relais

Il faut dire que le médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de Rio sort d’une saison galère, au cours de laquelle il n’a pas été épargné par les blessures. Longtemps hors des temps imposés par la fédération française d’athlétisme (FFA) pour Doha, le protégé de Pierre Carraz et Thierry Tribondeau était tout de même parvenu à assurer les minimas lors du meeting de Paris, fin août (20’40). "Je suis soulagé mais je ne pensais pas que j’aurais autant de mal à me qualifier", nous avouait-il à ce moment-là.

Une préparation compliquée

Trois semaines plus tard, le voilà obligé de déclarer forfait, non sans une pointe d’amertume : "Cela vient d’un travail que je n’ai pas pu faire cet hiver et au printemps. Il y a eu beaucoup de petits pépins physiques qui m’ont empêché de progresser" reconnaît-il. "Pierre (Carraz) était totalement d’accord avec moi. Il m’a compris et savait très bien que ce n’était pas une bonne idée, que je n’avais pas la condition physique pour faire une course d’un niveau mondial. Thierry (Tribondeau) partageait ce point de vue et nous avons pris la décision ensemble".

Si un léger flou a d’abord plané autour de son forfait, annoncé ce mercredi par la fédération, Christophe Lemaitre l’assure, ce n’est pas un problème physique qui l’a poussé à prendre cette décision : "Il n’y a aucune blessure. S’il y avait eu quelque chose, je n’aurais même pas envisagé faire le relais" admet-il, "Je ne me voyais pas prendre la place de quelqu’un. Cela n’aurait servi à rien, au contraire, cela aurait juste desservi le collectif". 

L’ancien recordman de France du 100 m s’envolera donc pour le Qatar jeudi, avec l’objectif de décrocher une médaille en relais. "Je suis prêt pour le relais. Il y a un gros potentiel avec cette équipe et je ne voulais pas lâcher mes partenaires. Le groupe est confiant. On a tous un bon niveau en sprint et on est persuadés qu’on peut aller chercher quelque chose" se console Lemaitre, qui l’avoue, n’est pas plus affecté que cela par cette décision d'oublier le 200 m.

Frustré mais sans regrets

"Je suis serein. Si j’avais dû renoncer à cause d’une blessure cela aurait été dur, mais c’est un choix que j’ai fait moi-même. C’est réfléchi, je n’ai pas pris cette cette décision à chaud, comme cela", nous explique-t-il, reconnaissant tout de même une frustration personnelle : "Je suis un peu déçu oui, mais je me sens bien psychologiquement, je n’ai aucun regret", poursuit-il. 

Bien loin de ses standings habituels, le sprinteur d’Aix-les-Bains, le savait, ses récentes sorties n’avaient pas grand-chose à voir avec son véritable potentiel. Habitué à courir sous les 20 secondes par le passé, il ne pouvait espérer grand-chose avec un meilleur chrono à 20’40 cette saison. "Si j’avais fait une préparation normale, j’aurais été plus régulier. J’aurais fait les minimas plus tôt et tout ce serait mieux passé. J’ai dû faire avec les moyens du bord" regrette-t-il, tout de même. 

Christophe Lemaitre et Ramile Gulyiev
Christophe Lemaitre et Ramile Gulyiev © AFP

Le sprinteur tricolore pourra aussi regretter une occasion manquée. À 29 ans, il n'aura sans doute plus énormément de possibilités de briller au niveau international. Pourtant, il nous l'assurait il y a quelques semaines, Lemaitre se croit encore tout à fait capable de renouer avec ses gloires passées, et de décrocher une médaille mondiale, "Je suis convaincu que je peux encore le faire" nous disait-il en référence à sa médaille de bronze olympique en 2016, "J’y crois fermement. Je peux encore réussir au plus haut niveau et accomplir de grandes choses au niveau international"

Championnats du Monde d'Athlétisme