Lemaitre
Christophe Lemaitre | FABRICE COFFRINI / AFP

La route des Mondiaux de Pékin passe par Villeneuve-d'Ascq

Publié le , modifié le

A un mois et demi des championnats du monde à Pékin, les championnats de France élite sont organisés au Stadium Lille-Métropole de Villeneuve-d'Ascq, jusqu'à dimanche. Si 27 athlètes ont déjà réalisé les minima pour prendre l'avion vers l'Asie à la fin août, d'autres sont encore en quête d'une grosse performance, comme Benjamin Campaoré au triple saut ou Cindy Billaud sur 100m haies. Mais l'une des grandes attractions du week-end sera constituée par le 100m, et le "match" entre Jimmy Vicaut, nouveau recordman de France et d'Europe, et Christophe Lemaitre.

Christophe Lemaitre était dans les tribunes du Stade de France. Il était bien placé pour assister au spectaculaire record de France et d'Europe (égalé) de Jimmy Vicaut sur 100m, dans la foulée d'Asafa Powell lors du meeting Areva de Saint-Denis. Dans le Nord, leur opposition vaudra le coup d'oeil, mais elle pourrait surtout servir à l'ancien détenteur de la meilleure marque nationale. Incapable de passer sous la barre des 10" depuis son record de France (9"92) en 2011, Lemaitre n'a pas fait mieux que 10"16 cette année. Or, les minima sont à 10"09 pour prendre la direction de Pékin sur 100m. Profitera-t-il, comme Vicaut l'a fait la semaine dernière avec Powell, de l'aspiration de son compatriote pour se rapprocher, voire dépasser, ces minima ? Après son forfait à St-Denis, en raison d'une blessure au fessier droit contractée lors de l'Euro par équipes, l'élève de Pierre Carraz passe un test important sur ces championnats de France. Il décidera d'ailleurs de sa participation au 200m que dimanche. Sur cette distance, il a déjà son billet pour les Mondiaux (grâce à un temps de 20"21), au contraire de Jimmy Vicaut, qui doit abaisser sa meilleure marque de quatre centièmes (20"38 alors qu'il a réalisé 20"43 à Rabat cette année) pour faire le voyage en compagnie de Lemaitre, mais aussi de Jeffrey John, auteur de son record personnel à Saint-Denis.

Ces deux stars de l'athlétisme français ne seront pas les seules sous les feux de la rampe. En s'inclinant hier à Lausanne, Renaud Lavillenie a perdu son deuxième concours de suite, après celui de St-Denis. Le recordman du monde à la perche en salle n'est plus souverain. Dans le Nord, il doit retrouver le bon cap pour retrouver toute la confiance nécessaire dans la quête de son premier titre mondial, le seul or qui manque à son palmarès. Et que dire du 110m haies, où Pascal Martinot-Lagarde doit redorer son blason, lui qui a cédé la meilleure marque mondiale de l'année (13"06) voici quinze jours et qui n'a pas pu lutter pour la victoire la semaine dernière au Stade de France. Si le prodige Wilhem Belocian est absent pour blessure, il y aura une très forte concurrence autour du hurdleur, avec Garfield Darien (13"19), Dimitri Bascou (13"28), sans oublier Thomas Martinot-Lagarde (13"49), qui était en finale mondiale à Moscou en 2013, ou encore l'ancien champion du monde Ladji Doucouré (13"59). 

Les 27 déjà qualifiés pour Pékin

Jimmy Vicaut (100m), Christophe Lemaitre (200m), Jeffrey John (200m), Mame-Ibra Anne (400m), Pierre-Ambroise Bosse (800m), Andellatif Meftah (marathon), Pascal Martino-Lagarde (110m haies), Darfield Darien (110m haies), Wilhem Belocian (110m haies), Dimitri Bascou (110m haies), Yoann Kowal (3000m steeple), Renaud Lavillenie (perche), Kevin Menaldo (perche), Valentin Lavillenie (perche), Kafétien Gomis (longueur), Kevin Mayer (décathlon), Bastien Auzeil (décathlon), Kevin Campion (20km marche), Yohann Diniz (50km marche), Floria Guei (400m), Marie Guyot (400m), Renelle Lamotte (800m), Aurélie Chaboudez (400m haies), Marion Lotout (perche), Mélina Robert-Michon (disque), Alexandra Tavernier (marteau), Emilie Menuet (20km marche).

Championnats de France d'Athlétisme