Jean-Baptiste Alaize

Athlétisme : Jean-Baptiste Alaize, premier handisport à participer aux Championnats de France

Publié le , modifié le

Victime du conflit entre Tutsis et Hutus, l’athlète de 27 ans a été blessé à l’âge de 3 ans et privé d’une partie de sa jambe droite. Samedi, il sera le premier athlète amputé à concourir dans un Championnat de France. Avec un saut record à 6,97m, le champion de France de sa discipline pourrait rivaliser avec les meilleurs sauteurs français "valides".

Jamais un athlète handisport n’avait pu se mesurer aux valides dans un championnat de France. Voilà qui est en passe de changer. Jean-Baptiste Alaize, amputé de la jambe droite, va participer aux Championnats de France d’athlétisme qui débutent à Albi aujourd’hui..

L’athlète de 27 ans s’élancera précisément samedi vers 14h pour disputer le concours du saut en longueur. « Quand la fédération m’a appelé pour m’annoncer que j’étais invité au championnat élite j’étais plus heureux que quand je me suis qualifié pour le championnat du monde handisport. Si je suis invité, c’est que j’ai du potentiel », témoigne t-il. Et il ne sait pas si bien dire. Car son record personnel s’élève à 6.97m ! Ce qui le rapproche des meilleurs sauteurs français.

Un objectif à 7 mètres

Mais comme de nombreux athlètes, Jean-Baptiste voit plus loin. Samedi, il arrivera avec l’objectif de dépasser les 7 mètres avec sa spatule en carbone. Et il s’est entraîné pour réussir. Le Dromois revient d’un stage en Croatie. Plus encore que la performance, il espère surtout se faire plaisir. Et le public devra être au rendez-vous : « Je suis un showman. J’aimerais que les gens se souviennent de moi et ne me voient pas comme un athlète handicapé. Je voudrais qu’ils se disent, c’est un sportif comme les autres ».

Victime de la guerre au Burundi

Et pourtant, son histoire ne ressemble à aucune autre. Originaire du Burundi, Jean-Baptiste Alaize a subit la guerre entre les Tutsis et les Hutus. Alors qu’il a été blessé à l’âge de trois ans, les médecins doivent l’amputer de la jambe droite, au niveau du tibia. Le futur champion atterri ensuite en France et est recueilli par une famille de Montélimar. « Mes parents m’ont toujours soutenu. Je leur dois beaucoup. Ils me poussent à réussi ».

S’il n’est pas à l’entrainement, Jean-Baptiste Alaize a une vie comme tout le monde, ou presque. En plus de son job, agent immobilier, l'athlète semble être quelque peu hyperactif. Car à ses heures perdues, il fait l'acteur. Il a en effet participé au film de Franck Dubosc, « Tout le monde debout ». On pourra également le voir cet été en tant que candidat dans Ninga Warrior. Et aucun doute que grouillent dans sa tête bien d'autres idées de défis. On a hâte de les connaitre ! 

Chloé Joudrier