Athlétisme: Wayde van Niekerk reporte de nouveau son grand retour

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Wayde van Niekerk reporte de nouveau son grand retour

Wayde Van Niekerk , blessé depuis octobre 2017, reporte de nouveau son retour, qui était prévu le 12 juillet au meeting de la Diamond League à Monaco. Le champion olympique et recordman du monde du 400m a précisé avoir subi une "contusion osseuse au genou", qui le contraindra à rater "les prochains meetings de Diamond League".

Le champion olympique et recordman du monde du 400 m Wayde van Niekerk, blessé depuis octobre 2017, reporte de nouveau son retour international et ne se rendra donc pas au meeting de Ligue de diamant de Monaco le 12 juillet, a-t-il annoncé lundi. "Je me suis entraîné un peu trop fort dans l'espoir de faire un retour fracassant mais j'ai subi une contusion osseuse au genou donc je ne participerai pas aux prochains meetings de Ligue de diamant", écrit le Sud-Africain sur son compte Twitter, alors qu'il était prévu à Monaco mais aussi à Londres (20-21 juillet) "Une IRM a montré que les ligaments de son genou et son ménisque étaient ok, mais il a malheureusement subi une contusion osseuse qui a occasionné un contretemps de cinq/six semaines", ajoute son agent Peet Van Zyl dans un communiqué.

à voir aussi L'opération du genou de van Niekerk s'est déroulée "avec succès" L'opération du genou de van Niekerk s'est déroulée "avec succès"

Wayde van Niekerk (26 ans) avait été victime d'une rupture des ligaments croisés du genou droit lors d'un match de gala de Touch rugby en octobre 2017, quelques semaines après être devenu champion du monde du 400 m. Il avait établi le record du monde du tour de piste (43 sec 03) en devenant champion olympique à Rio en 2016. Début février, il a couru un 400 m aux championnats provinciaux à Bloemfontein, mais n'a pas encore disputé de compétition internationale. Il espère toujours pouvoir concourir aux Mondiaux à Doha (27 septembre - 6 octobre), compétition pour laquelle il est déjà qualifié en sa qualité de tenant du titre.

AFP