André Giraud

Athlétisme : Statu-quo à la tête de la Fédération malgré les affaires de dopage

Publié le , modifié le

Engluée dans la crise après une succession d'affaires de dopage et le fiasco des Mondiaux de Doha, la Fédération française d'athlétisme a opté vendredi pour le statu-quo, le comité directeur de la FFA ayant renouvelé sa confiance au président André Giraud et à son Directeur technique national Patrice Gergès.

Les affaires de dopage successives que traverse la Fédération française d'athlétisme (FFA) n'aura donc pas eu raison des grands pontes de l'institution. Le comité directeur a ainsi approuvé par 34 voix pour (94,4%), une contre, une motion de confiance présentée par le président ; cela permet au président André Giraud et à son Directeur technique national Patrice Gergès de rester en place. Leurs positions étaient pourtant devenues compliquées après des championnats du monde ratés (2 médailles, aucun titre), qui ont révélé au grand jour une organisation défaillante au sein de l'équipe de France. Elles avaient été encore plus fragilisées après la révélation mardi du contrôle positif à l'EPO d'Ophélie Claude-Boxberger, la troisième affaire de dopage pour l'athlétisme français en 2019 après la suspension provisoire de la marathonienne Clémence Calvin, soupçonnée de s'être soustraite à un contrôle inopiné au Maroc, et la mise en cause du champion d'Europe du 10.000 m Morhad Amdouni dans un reportage de la chaîne allemande ARD.

"Je suis tout particulièrement satisfait des chiffres de ce scrutin, qui montrent que même les membres du Comité directeur qui comptaient parmi mes opposants, lors de mon élection en décembre 2016, sont désormais derrière moi pour faire avancer l'athlétisme français, a réagi André Giraud, cité par le communiqué de la FFA. La grande famille de l'athlétisme se serre les coudes en cette période certes difficile. C'est un gage de sérénité pour l'avenir, forcément précieux compte-tenu des grandes échéances qui nous attendent en 2020: les Jeux olympiques et les championnats d'Europe à domicile. Le fait que nous ayons pu présenter des chiffres très optimistes quant à la tenue de nos finances pour l'exercice 2019, exercice sur lequel je me suis engagé à rééquilibrer le budget de la Fédération, a également joué en ce sens, bien entendu."

L'ambiance reste cependant très tendue au sein des hautes sphères de l'athlétisme. D'après nos informations, Patrice Gergès a déclaré avoir reçu "des appels anonymes et des menaces sur (son) intégrité physique" ce vendredi matin lors du comité directeur de la Fédération. 

 

Le médecin controversé Jean-Michel Serra mis à la porte

L'instance a toutefois entériné une réorganisation de l'équipe de France en vue des Jeux olympiques de Tokyo en 2020, baptisée "Destination Tokyo 2020", autour du trio Mehdi Baala, Laurence Billy et Romain Barras. La FFA a également décidé de dissoudre sa commission médicale, ce qui acte la mise à l'écart de Jean-Michel Serra, son directeur médical depuis 2009. La situation du médecin était devenue intenable depuis qu'il s'était inquiété en juin, sans en informer sa hiérarchie, auprès de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) du nombre de contrôles subis par Ophélie Claude-Boxberger avec qui il entretient une relation sentimentale. L'annonce du contrôle positif de sa compagne a fini par le discréditer pour de bon.

Plusieurs dispositions ont aussi été approuvées pour renforcer la lutte contre le dopage avec notamment la nécessité de faire valider tous les stages envisagés par les athlètes par le président, le DTN et la Directrice Générale Souad Rochdi, et rendre la localisation obligatoire pour tous les stages personnels des athlètes, sous peine de non sélection.

France tv sport francetvsport