Arrêt de la Ligue 1 : Lyon appelle à "faire marche arrière" pour reprendre le championnat

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Jean-Michel Aulas pense que la saison de Ligue 1 n'est pas terminée

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Olympique lyonnais a appelé dimanche dans un communiqué à "faire marche arrière" dans l'arrêt de la Ligue 1, pour "éviter au championnat de France une immense déroute". "Comment garantir que tous les clubs français pourront finir l'année sans faire faillite ? (...) Comment lutter avec nos concurrents étrangers qui ont, pour l'immense majorité, choisi prudemment d'attendre pour relancer leur championnat ? Comment éviter que l'écart se creuse encore entre le football français et tous les autres grands pays d'Europe ?", peut-on lire dans ce communiqué.

La lutte se poursuit. Et l'OL ne désarme pas face au risque de ne pas être qualifié pour la moindre coupe d'Europe la saison prochaine via le championnat. Après avoir proposé une saison blanche ou des play-offs, le club dirigé par Jean-Michel Aulas en appelle au football français pour faire "marche arrière" avant le 25 mai prochain, date fixée par l'UEFA pour avertir l'instance de l'arrêt définitif ou pas des différents championnats nationaux, deux jours avant un Comité exécutif de l'UEFA.

"Depuis l’arrêt provisoire du championnat, le 13 mars, nous avons tout mis en œuvre pour chercher des solutions qui fassent honneur à l’accompagnement des personnes touchées par la pandémie, à l’intérêt général du football français, à l’attachement passionnel des supporters, à la pérennité de tous les clubs et au mérite sportif prôné par l’UEFA", commence le communiqué du club. "Nous avons toujours œuvré pour privilégier le mérite sportif aux mathématiques et favoriser la glorieuse incertitude du sport ! Ces propositions étaient une base de travail. Elles auraient pu être reprises et retravaillées par l’ensemble des sensibilités du football français. Mais, le 30 avril, la LFP a brusquement décidé d’arrêter définitivement le championnat professionnel français, sans prendre en compte toutes les recommandations de l’UEFA, ni se donner le temps d’observer ce que nos dizaines de voisins prévoyaient : relancer le championnat tout en travaillant sur un protocole sanitaire tout à fait exceptionnel pour protéger les différents acteurs du football."

Seul grand championnat de foot à avoir décidé de s'arrêter face à la crise mondiale du Covids-19, la L1 (et la L2) voit les autres pays européens tenter de reprendre le chemin des terrains, que ce soit en Allemagne (retour du championnat le 16 mai), en Espagne (reprise des entraînements cette semaine), en Italie ou en Angleterre, malgré de nombreux cas de joueurs positifs.

à voir aussi Coronavirus : Contraint à la quarantaine, le Dynamo Dresde ne sera pas prêt pour la reprise Coronavirus : Contraint à la quarantaine, le Dynamo Dresde ne sera pas prêt pour la reprise

"Comment rendre heureux les amoureux de football qui se voient privés aujourd’hui de leur passion ? Comment survivre à très court terme à 900 millions d’euros de pertes cumulées pour le football professionnel français ? Comment garantir que tous les clubs français pourront finir l’année sans faire faillite ? Comment aider le football amateur à surmonter le présent et à affronter l’avenir ? Comment lutter avec nos concurrents étrangers qui ont, pour l’immense majorité, choisi prudemment d’attendre pour relancer leur championnat ?  Comment éviter que l’écart se creuse encore entre le football français et tous les autres grands pays d’Europe ?", insiste le communiqué.

Le président lyonnais Jean-Michel Aulas milite depuis plusieurs semaines contre la décision des dirigeants du foot français de stopper la saison, au nom des risques sanitaires induits par la pandémie de Covid-19.

"Eviter au championnat de France une immense déroute"

"Il reste du temps, jusqu'au 25 mai, pour faire marche arrière et éviter au championnat de France une immense déroute", poursuit l'OL, mettant en avant les pertes économiques qui fragiliseraient les clubs français et leur manque de compétitivité par rapport aux autres équipes d'Europe. "Ceux qui cherchent aujourd’hui la polémique ont tort mais nous les invitons à réfléchir, dès aujourd’hui, pour le futur du football français et pour l’intérêt général de tous", scande le communiqué.

Pour ses détracteurs, Lyon cherche avant tout une qualification en coupe d'Europe dont il est privé par l'arrêt du championnat.