portrait Andy Schleck (Saxo Bank) 05 2010
Andy Schleck | AFP - Doug Pensinger

Andy Schleck: "J'y vais pour remporter le Tour"

Publié le , modifié le

Désormais, Andy Schleck peut avoir la faveur des pronostics. Après deux deuxièmes places consécutives sur le Tour de France, le Luxembourgeois sent que cette année sera peut-être la bonne. Même si Alberto Contador s'alignera, Schleck a déclaré qu'il allait prendre le départ de l'édition 2011 (du 2 au 25 juillet) avec un seul but, triompher.

"Je suis prêt. J'y vais pour remporter le Tour", a-t-il indiqué. "J'ai terminé deuxième à deux reprises, alors cette fois, je veux monter sur la plus haute marche du  podium", a déclaré Andy Schleck à Tobel-Tagerschen en marge du Tour de  Suisse. "Toute ma saison a été construite en fonction du Tour. Jusqu'ici, je n'ai  connu aucun problème et j'espère que ça va continuer", a ajouté le grimpeur de  l'équipe Leopard.

L'an passé, Alberto Contador l'avait attaqué dans une étape alors qu'il avait été victime d'un saut de chaîne, ce qui avait coûté très cher au Luxembourgeois, surtout lorsque l'on sait qu'il avait été battu au final pour seulement 39 secondes. "Il n'y a pas de revanche, je suis juste vraiment motivé pour gagner ce Tour", a déclaré Schleck. Et ce dernier préfère même élargir le cercle des postulants, plutôt que de limiter cette édition à un seul face à face. "Je n'aurai pas le seul Contador comme adversaire au Tour. Il y a plein de  jeunes coureurs talentueux qui arrivent. Il n'y a pas que Contador à battre  même s'il figure parmi les favoris."

"Je pense que Gesink sera vraiment bon. Cadel (Evans) sera très fort et Ivan (Basso) va arriver au Tour en pleine forme. Quant  à (Jürgen) Van den Broeck, il a montré des possibilités au Dauphiné (4e du  général)", a-t-il expliqué. "Il y aura cinq ou six coureurs, sept en incluant mon frère, qui peuvent  gagner le Tour qui démarrera dans trois semaines. Mais la vraie compétition  aura lieu dans quatre semaines avec la montagne. C'est là que vous devez être à 100%", a ajouté Schleck.

Romain Bonte