Andy Schleck (RadioShack Leopard)
Andy Schleck (RadioShack Leopard) | JEFF PACHOUD / AFP

Alain Gallopin : "Andy Schleck est parti de trop loin"

Publié le , modifié le

Le directeur sportif de la formation Radioshack Leopard a effectué un premier bilan de cette Grande Boucle 2013 pour son équipe. Il salue la performance de Jan Bakelants, éphémère maillot jaune, et déplore la préparation tronquée de son leader luxembourgeois, entreprenant mais loin de son meilleur niveau comme en atteste sa 53e place au Grand-Bornand.

Le constat est limpide. Andy Schleck n’était pas au niveau requis pour peser suffisamment dans ce 100e Tour de France. Très en retard en début de saison (abandons au Tour Down Under puis au Tour méditerranéen), le lauréat de l’édition 2010 a dû mettre les bouchées doubles pour combler son déficit.

Largué par les favoris

Cela n’a pas suffi même si Alain Gallopin a longtemps pensé que son coureur serait capable de hausser le rythme en fin d’épreuve. Peine perdue avec une nouvelle déception et cette 53e place de l’étape d’aujourd’hui, à 15’29 du Portugais Rui Costa, et à près de sept minutes des ténors (Quintana, Contador, Froome).

« On avait décidé d’essayer quelque chose hier dans la première montée de l’Alpe d’Huez. Andy (Schleck) a attaqué mais un peu tard, ou pas assez tôt », a-t-il confié sans l’accabler. « De toute façon, il n’a rien à perdre à essayer de retrouver son meilleur niveau. Il a montré des bonnes choses pour l’instant, et des moins bonnes, c’est vrai. Il est un peu irrégulier mais l’important c’est qu’il soit toujours là », a-t-il poursuivi.

Pas de Vuelta pour Andy Schleck

« Il est parti de très loin, de trop loin pour pouvoir prétendre à jouer les premiers rôles », regrette aujourd'hui le Français. « Je pense qu’on a une bonne équipe ici. On pouvait jouer le classement par équipes, viser pas mal de choses. Maintenant, c’est un peu plus dur. Mais Andy doit être là, faire des efforts. Il a besoin de ça pour retrouver son niveau. Je ne pense pas qu’il fasse la Vuelta même si rien n’est décidé. Ce sera plutôt le Colorado », a encore dit Alain Gallopin, satisfait toutefois d’avoir vu ses ouailles mouiller le maillot.

Klöden rate le coche

« On s’est montré au début notamment avec Bakelants qui a fait un beau numéro (vainqueur de la 2e étape, maillot jaune deux jours). Ca nous a décontractés pour la suite. Après, on a eu beaucoup de chutes au départ, des difficultés dans les Pyrénées, mais on a montré qu’on était une bonne équipe. On arrive au bout du Tour et les organismes sont fatigués ». « Je pense que les deux qui ont fait le meilleur plan de préparation, c’est Purito (Rodriguez) et Quintana », a-t-il conclu, pas prêt à baisser les bras. « Ils vont faire souffrir du monde demain encore. Nous, on a un type comme Klöden qui peut faire quelque chose de bien (comme il l’a prouvé en terminant 2e aujourd’hui, à 48 secondes de Rui Costa). Zubeldia aussi j’espère ». Demain est un autre jour.

Vidéo: Kloden trop court