Yannick Agnel crawl 2011
Le Français Yannick Agnel | AFP - FREDERICK FLORIN

Agnel trop juste, Manaudou dans le coup

Publié le , modifié le

Les Français Yannick Agnel et Sébastien Rouault n'ont pas tenu le rythme dans la finale du 400 m. A l'inverse, , Florent Manaudou, petit frère de Laure, en 23.32 (23.31 en série le matin), troisième temps, et Frédérick Bousquet en 23.42 (23.84 en série le matin), huitième temps, sont qualifiés pour la finale du 50 m papillon demain. Pas le brasseur Hugues Duboscq, éliminé en demi-finale du 100 brasse.

Agnel trop court 

Le Sud-Coréen Park Tae-Hwan, champion olympique en titre et du monde 2007, a remporté le 400 m libre devant le Chinois Sun Yang (CHN), meilleur performeur mondiale de l'année, et l'Allemand Paul Biedermann, champion du monde en titre. Les Français Yannick Agnel et Sébastien Rouault n'ont pas tenu le rythme. Pourtant, Agnel, champion d'Europe de la distance, nageur le plus jeune de la finale, a mené à mi-course avant de s'écrouler dans le dernier 100 mètres."Il faudrait inventer le 300m comme course", plaisantait-il à l'arrivée. "Je gère mal et je peux m'en vouloir de ce côté là."

Parti sur des bases très rapides, supérieures au record du monde (69 centièmes après 100 mètres), le 400 m a livré une course d'une densité incroyable. Agnel troisième au 150 m puis leader à mi-course avec 6 millièmes d'avance sur le record du monde. Mais le Sud-Coréen a accéléré dans le dernier 100 m. Présent pour sa première grande compétition planétaire, le Niçois a manqué de caisse et de densité dans sa nage. Perturbé dans sa préparation par des pépins de santé, il sait ce qui lui manque pour toucher le très haut-niveau.

Bousquet et Manaudou en finale, pas Duboscq

Dans les demi-finales du 50 m papillon, les deux Français engagés, Florent Manaudou, petit frère de Laure, en 23.32 (23.31 en série le matin), troisième temps, et Frédérick Bousquet en 23.42 (23.84 en série le matin), huitième temps, sont qualifiés pour la finale. Le Brésilien Cesar Cielo, contrôlé positif à un diurétique cette saison, réalise le meilleur temps en 23.19.  En revanche, Hugues Duboscq a été éliminé en demi-finale du 100 m brasse. Le Français n'a signé qu'un temps de 1'00"56, insuffisant pour passer. Le Norvégien Alexander Dale Oen a réalisé le meilleur chrono de ces demi-finales en 59"37. 

Réactions

Yannick Agnel (6e du 400 m nage libre): "J'ai donné tout ce que j'ai pu. J'avais de bonnes sensations. Mais je suis assez déçu de la place et du temps. La course s'est jouée de l'autre côté. Je n'ai pas vraiment de regrets. C'est peut-être un apprentissage pour mes prochains 400 m. Je voulais partir plus lentement que ce matin. Ca a pêché sur les derniers mètres. Ils (le Sud-coréen Park et le Chinois Sun, Ndlr) ont fait une meilleure course, ils ont géré différemment. Je suppose qu'ils sont partis plus lentement et ont fini fort. J'ai fait ma course dans mon coin jusqu'au bout. Il faudrait inventer le 300 m pour moi, ou le remettre au goût du jour parce que je crois que ça a existé. Je gère mal."

Sébastien Rouault
(8e du 400 m nage libre): "Il (le Sud-coréen Park, Ndlr) a fait une belle course. C'est la classe des grands. Rien à dire. Ce matin j'ai fait une très bonne course. En finale, le temps est anecdotique. J'ai pris la course pour essayer de faire une médaille. L'ambiance est sympa. C'est encore mieux quand un Chinois nage. Le bassin est bien. Tout le monde est content."

Florent Manaudou (3e des demi-finales du 50 m papillon, qualifié pour la finale): "L'objectif est rempli. J'ai fait une course pas trop mal. Demain (en finale, Ndlr), l'objectif sera d'aller plus vite et d'aller chercher une place pas trop mal. Mais il y a aussi pas mal de gars derrière moi qui ont déjà nagé plus vite que moi. On peut rêver, mais il faut aussi garder les pieds sur terre. Ces dernières semaines, j'ai commencé à me sentir bien dans l'eau. Par rapport à (l'Open de) Paris, j'ai fait une très bonne préparation. Une médaille ce serait l'accomplissement de ces trois mois de travail. J'essaie de rester assez décontracté. Mais la finale, ça va être plus stressant que la demie. Je ne suis pas +très content+, parce que je n'ai pas fait la course parfaite. Il aurait fallu que je fasse une respiration en moins et une arrivée correcte."

Frédérick Bousquet (8e des demi-finales du 50 m papillon, qualifié pour la finale): "Ca me convient. L'objectif est rempli. Je passe de justesse, mais je passe quand même. Je vais aborder la finale de demain avec beaucoup de bonheur. Je vais essayé d'assurer une bonne course. Je devrais pouvoir y aller avec plus de relâchement, maintenant que l'objectif est atteint. Ce matin, j'ai fait une entrée en matière pas idéale. Là, ça va me rassurer pour demain. Mon petit beau-frère (Florent Manaudou, Ndlr) commence à bien maîtriser ses courses. Ca fait un moment qu'il m'impressionne. Je suis sûr qu'il peut aller très loin. Il se sert aussi des enseignements de sa soeur. Il est introverti, extrêmement timide, et il se sert de la compétition pour s'exprimer."

Gilles Gaillard