Jean-Christophe Péraud
Jean-Christophe Péraud | Maxppp

AG2R-La Mondiale n’assure plus

Publié le , modifié le

L’équipe de Vincent Lavenu sort de son Tour de France avec un bilan mitigé. Pas de victoire d’étape ni de top 10, il reste trois mois à AG2R-La Mondiale pour corriger le tir.

La mine n’est pas déconfite mais la déception est bien réelle. Dans le staff de l’équipe savoyarde, on fait face après trois semaines de course sans résultat probant. « C’est un bilan mitigé, avoue le directeur sportif Julien Jurdie. On s’était fixé trois objectifs au départ de Liège. La victoire d’étape, nous ne sommes pas passé loin avec la belle deuxième place de Jean-Christophe Peraud à Annonay mais sans trop de regret à l’arrivée. Le top 10, c’est comme pour la victoire d’étape, on passe tout près avec la 12e place de Nicolas Roche. Quant au classement par équipes, on espérait être sur le podium mais on est beaucoup plus loin. Il y a des regrets car aucun des objectifs prévus n’a été réalisé. » Tout n’est pas noir car les AG2R ont souvent figuré à l’avant dans les échappées. Ils ont montré leur maillot. Ça ne rapporte rien mais le sponsor est content… « On n’avait pas les cuisses pour influencer le final des étapes, ajoute Jurdie. Nous avons été trop spectateurs et pas acteurs. »

Ce manque de performance sur le Tour n’arrive pas par hasard. Depuis le début de la saison, les coureurs de Vincent Lavenu sont dans le dur. Peu de victoires et un gros doute dans les têtes. « On voit que le début de saison est primordial, analyse le directeur sportif. Notre Tour est à l’image de notre début de saison. Si on ne gagne pas très vite, on arrive avec un certain stress au départ du Tour. » Du coup, l’équipe est déjà entrée en réflexion sur les causes de ces absences et ce qu’il faudrait pour y remédier. « On a déjà fait le bilan avec Vincent depuis deux ou trois jours. On s’apercevait bien que ce serait difficile d’aboutir aux objectifs fixés, raconte Jurdie. On a analysé l’approche du Tour car une fois que c’est parti, les dés sont jetés. C’est la première fois cette année qu’on participait au Tour de Californie en mai enchainé avec un stage de montagne et le Dauphiné. C’est clair qu’il y a de la frustration. Même si on a fêté ça sur les Champs, c’était un soulagement d’arriver. »

Dans les semaines qui viennent, AG2R-La Mondiale aura des décisions importantes à prendre. C’est même une question vitale car la place dans le World Tour de l’UCI est loin d’être acquise. Seules les quinze premières équipes sont reconduites pour l’année suivante. Et pour cela, il faut gagner des courses et capitaliser les points qui vont avec. « Notre sponsor nous demande d’être en première division, explique Julien Jurdie. On se bat pour être dans les quinze premières équipes à la fin de l’année. Avec le recul, on sait combien de points il nous faut et ceux qu’on a marqués. On sait qu’il nous en manque. » Côté transfert, Nicolas Roche, 12e du Tour, n’a pas reconduit son contrat avec AG2R-La Mondiale. « Même si le mercato ne commence qu’au 1er août, on a beaucoup discuté, lâche Jurdi. Il y a actuellement des discussions bien engagées avec d’autres coureurs. On attend aussi des réponses des coureurs de chez nous qui sont en fin de contrat. C’est la priorité car on doit structurer l’équipe. Petit à petit on va mettre les pions en place. Le recrutement sera axé sur les points. Le marché va commencer et il ne faudra pas se louper. »