Toyota devant la meute
Toyota devant la meute des GT au Mans | Xavier Richard

Une première séance mouvementée

Publié le , modifié le

En façade, Audi est bien devant avec ses R18 et Toyota en embuscade. La première séance d’essais libres n’a pas bouleversé la hiérarchie des 24 Heures du Mans mais elle n’a pas été moins animée pour autant. Deux grosses sorties et deux drapeaux rouges.

Ce n'était qu'une séance d'essais libres avant le passage aux qualifications mais personne n'a fait semblant. A part les voitures qui évoluent en Le Mans Series et qui ne peuvent pas changer de moteur avant la course (ce qui n'est pas le cas pour celles qui participent au WEC, ndlr) comme l'Alpine N.36, on a limé le bitume manceau quand le temps était de la partie. Un peu trop parfois puisque la séance a été perturbée par deux drapeaux rouges.

Le premier en milieu de séance après l'accident de la Zytek-Nissan du Greaves Motorsport. Le deuxième en fin d'essais suite au crash impressionnant de la Ferrari du Krohn Racing. Le patron était au volant quand l'Italienne est parti s'encastrer dans les pneus après la passerelle Dunlop. Les essais ont pris fin sur cet incident car la piste devait subir quelques réparations. Il n'est pas le seul. Vu les importants dégâts sur la 458 Italia, on n'est pas sûr de la voir au départ samedi.

Chez les ténors du bocage sarthois, c'était un bis repetita de la journée du 9 juin. Trois Audi R18 e-tron quattro devant avec Loïc Duval en tête (3'25"415). Toyota n'est pas loin avec ses deux TS030 Hybrid mais en retrait des Allemandes. Derrière ce quinté intouchable, les Lola-Toyota de Rebellion sont à leur place. Chez les P2, Le Oak Racing a confirmé ses bonnes dispositions mais avec la N.35 de Bertrand Baguette plutôt qu'avec la N.24. En revanche, Porsche va mieux et a dominé les GTE Pro avec la N.92 de Lieb, Lietz et Dumas.