Audi N.2 Le Mans
L'Audi N.2 de Duval-Kristensen-McNish | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Une petite chaleur pour Audi au warm-up

Publié le , modifié le

Les drapeaux rouges se succèdent au Mans. Après plusieurs interruptions lors des essais, le warm-up a lui aussi eu droit à sa neutralisation. Le coupable s’appelle Tor Graves au volant d’une LMP2 (Oreca-Nissan N.25 d’ADR-Delta). Chez Audi, on s’est fait peur en s’accrochant avec une Porsche à Indianapolis. Du coup, c’est une Toyota qui a réalisé le meilleur tour en 3’26’227.

Le warm-up n’est pas la séance où on prend des risques. Si proche de la course, ce n’est pas le moment de faire des cabrioles. « On valide les réglages pour la course, on fait une dernière répétition de pit-stop », explique Stéphane Sarrazin, pilote de la Toyota N.8. Nicolas Lapierre a lui rassuré le clan nippon en claquant le meilleur temps de cette dernière séance avant le départ. Une TS030 qui devance les Audi, ce n’était pas encore arrivé au Mans cette année. « Il ne faut pas lire trop de chose dans ce temps, tempère Pascal Vasselon, le directeur technique de Toyota. Nico a eu un tour clair. C’est juste une bonne nouvelle sur la balance de la voiture. » L’écurie japonaise semble d’attaque et concentrée sur sa stratégie. « On a maximisé notre rythme et réduit le temps passé au stand. »

Drapeau rouge

Avec ses trois R18 à moins d’une seconde, Audi n’a pas d’inquiétude à avoir pour le moment. En revanche, la réalité du trafic a de nouveau jailli à la face du Dr Ullrich. Au milieu du warmp-up, l’Audi N.2 qui s’élancera en pole position à 15h00, s’est accrochée avec la Porsche N.67 d’Imsa Performance Matmut au virage d’Indianapolis. Plus de peur que de mal même si Audi a changé le capot arrière de sa LMP1 par précaution. Pour Corvette et ADR-Delta, les sorties de piste ont engendré davantage de dégâts. La C6 ZR1 a tapé fort dans les chicanes Ford et a toute la carrosserie arrière à changer. Quant à l’Oreca-Nissan N.25, elle a touché le mur dans les esses Porsche provoquant un drapeau définitif à cinq minutes du terme du warm-up. Là aussi, les mécanos ne vont pas chômer avant la mise en grille…