Peugeot N.8 grille départ Spa 052011
La Peugeot 908 N.8 au fond de la grille de départ des 1000 km de Spa | DR

Une 908 à portée de l'exploit

Publié le , modifié le

Ce n'est pas une mais deux 908 qui ont crevé l'écran lors des 1000 km de Spa. La N.7, vainqueur sans coup férir, et la N.8, auteur d'une folle remontée jusqu'à la deuxième place du podium. Retour sur l'exploit de la Peugeot 908 N.8 de Sarrazin, Montagny et Minassian.

Un horizon bouché dès le départ. Le ciel bleu en haut. Une nuée de GTE et de LMP2 en bas. Une quarantaine d’obstacles avant de voir les échappements des dernières Audi. Presque un tour de retard au feu vert. « Je suis déjà parti dernier en F1 avec Suzuki mais il n’y avait que 16 voitures. Là on part 50… » Franck Montagny résumait parfaitement l’ampleur de sa tâche. Plus détendu après une nuit de sommeil, Stéphane Sarrazin avait lui évacué sa frustration de ne pas avoir pu disputer la pole aux Audi. Dans un sourire, il passait le témoin à son compère : « Franck va élaguer ». Pour élaguer, le pilote Peugeot a élagué. Du verbe en expliquant aux voitures le précédant qu’il allait klaxonner dès le départ. A la pédale en grattant toutes les GTE dès le premier tour. Après deux tours, la 908 pointait déjà à la 17e place. Deux tours plus tard, elle était 10e, prête à fondre sur ses proies.

Bien entendu, on ne double pas une Peugeot ou une Audi comme une GT ou une LMP2. La N.8 traînait comme un boulet ses trente secondes. Malgré touts les efforts de Montagny, Sarrazin et Minassian, et un horizon bien plus clair, l'accès au rêve se refusait encore. "On a essayé de rester concentrés et on a continué à pousser", expliquait Montagny. Ce train d'enfer permettait toutefois à Peugeot plaçait ses trois autos en têtes. Dans ce concert, la N.8 accédait pour la première fois au podium. Il ne manquait qu’un coup de pouce du destin pour recoller à la N.7, plus de cinquante secondes devant. « On espérait un safety car, révélait Franck Montagny. Il est venu mais pas comme il faut. » Par deux fois, la voiture de sécurité pénalisait la N.8 au lieu de la rapprocher de la tête. La chance était passée car, avec la suspension cassée de la N.9 et les petits pépins des R18, il y avait une place pour la victoire. « C’était une super course, concluait Stéphane Sarrazin et ça fait vraiment du bien avant Le Mans ». Fer de lance du Lion, l’équipage de la N.8 ne vise pas que la pole dans la Sarthe.