La Peugeot 908 brille dans la nuit mancelle
La Peugeot 908 brille dans la nuit mancelle | DR

Un oreiller douillet pour Peugeot ?

Publié le , modifié le

Les 24 Heures du Mans sont encore loin de se terminer mais le Lion a pris un net ascendant. Anecdotique reste, pour le moment, l'abandon de la 908 N.3 car les trois autres protos de la marque sont un tour et demi d'avance sur deux Audi R15. La N.7 pilotée par Kristensen a, elle, connu une petite alerte en sortie de la piste à cause d'une BMW. En GT, la Ferrari 82 et la Corvette N.64 tient toutes ses promesses. Les deux autos sont roues dans roues depuis le départ.

La nuit a commencé son travail de sape sur l'astre solaire. Peugeot a lui sapé le moral de la marque aux anneaux. Ça tourne ! Après sept heures de courses, les R15 plus accusent déjà un retard de près de deux tours derrière le trio infernal des 908 N.1, N.2 et N.4. L'abandon de la N.3 n'a visiblement pas freiné les ardeurs du Lion. La suspension défectueuse, qui a causé le retrait définitif de la Peugeot de Bourdais, est pourtant toujours dans la tête d'Olivier Quesnel. Ce problème pourrait-il venir d'un lot de pièces défectueux ? C'est une piste qui n'a pas été éliminée par le constructeur sochalien qui ne s'endort pas encore sur ses lauriers et qui a "apprécié" la sortie de piste de l'Audi N.7 du trio infernal Kristense-Capello-McNish.Le Dr Ullrich a lui montré avec véhémence son désaccord avec l'état-major de BMW. La M3 décorée par Jeff Koons est en effet coupable d'avoir poussé dehors la R15 dans les esses Porsche. Avec seul un aileron cassé dans le contact avec les pneus, l'Audi s'en sortait bien.

La course en position d'attente devant, les GT ont pris le relais pour assurer le spectacle. Le mord au dent, Romain Grosjean était en mode rafale pendant tout son relais. Oublié le crash de mercredi, l'ancien pilote Renault F1 a enchaîné les record du tour en GT1 et a prolongé sans problème la domination de la Ford GT N60. Dans cette catégorie. La voiture soeur des filles (Gachnang-Alleman-Frey), la 61, a flambé elle aussi mais au sens propre. Des flammes s'échappaient fortement à chaque freinage, elles ont fini par gagner le capot arrière peu après 20h00, obligeant Natacha Gachnang à s'arrêter dans les Hunaudières. Le feu éteint, elle est rentrée à son stand mais sans pouvoir repartir. A 20h50, c'était au tour de l'Aston Martin N.92 de goûter au mur des esses Porsche. Un touché-coulé pour Bryce Miller. L'avant-droit réduit en miettes, le safety car a fait son retour en piste pour quelques minutes.

Cette 2e neutralisation fût un court répit pour le duel entre la Ferrari N.82 du Rizi Competizione et la Corvette N.64, au taquet depuis le départ. Les deux GT2 ont régalé le public en se livrant un superbe mano à mano. A 22h00, moins de deux secondes séparent les voitures qui s'échangent la tête de la catégorie dans un fair play exemplaire. Pourvu que ça dure !