Audi Dr Ullrich stand Le Mans 2010
Le Dr Ullrich devant le stand Audi lors des essais 24 Heures du Mans 2010 | DR

Ullrich y croit en attendant la R18

Publié le , modifié le

Le Dr Wolfgang Ullrich, grand patron d'Audi Sport, a qualifié les 24 Heures du Mans de "rendez-vous terrible", à la veille du départ d'une 78e édition, samedi à 15h00 locales, qu'il prévoyait exceptionnelle face à "un concurrent très fort", Peugeot.

Q: Quelles leçons tirez-vous des essais de mercredi et jeudi ?
R: "Les qualifications n'ont jamais été notre priorité et le développement de notre R15+ a été très court, six mois, mais nous avons eu le temps nécessaire pour bien préparer Le Mans. Nous devions procéder cette semaine aux dernières mises au point en prévision de la course. Le Mans, c'est un rendez-vous terrible, très dur, face à un concurrent très fort (Peugeot) qui a réalisé cette semaine des temps exceptionnels".

Q: Comment se présente 2011 et l'arrivée du nouveau règlement ?
R: "Nous en connaissons déjà les grandes lignes, mais pas encore tous les détails. Ce règlement, et c'est sa force, nous permet de développer des technologies d'avenir, respectueuses de l'environnement, pour apporter à nos clients des avantages incontestables. Audi n'est pas tout seul, d'autres constructeurs travaillent dans le bon sens avec l'ACO. Je peux vous dire que notre prochaine voiture de course s'appellera R18. Le règlement actuel est favorable aux voitures fermées, mais je ne peux pas vous dire si la R18 sera ouverte ou fermée. Après Le Mans, nous prendrons le temps d'y réfléchir..."

Q: Voyez-vous d'un bon oeil la création de l'Intercontinental Le Mans Cup ?
R: "Depuis 2000, je me suis engagé pour qu'il y ait un championnat international d'endurance capable d'attirer les grandes marques et de faire revivre les grandes classiques, c'est une cause à laquelle je suis très attaché. Nous sommes sur la bonne voie pour restaurer le prestige de l'endurance, en Europe, en Amérique et en Asie. Il faut la protéger mais sans aller trop vite, il ne faut pas s'emballer. Je ne sais pas encore si c'est une bonne idée de donner deux fois plus de points pour les 24 Heures, car j'ai toujours pensé que Le Mans devait rester un peu comme une icône inégalée, bien distincte des autres courses".

Propos recueillis par Daniel ORTELLI

AFP