Corvette N.73 chicane Ford - LM2010
La Corvette N.73 juste avant la tombée de la nuit mancelle | Rami

Tête de classe en vue !

Publié le , modifié le

Aux douze coups de minuit, le team Luc Alphand Aventures poursuit sa course avec ses deux Corvette C6R. La victoire de la catégorie GT1 est à portée de main après les soucis de l'Aston Martin N.52 et les abandons de deux Ford GT.

Intouchable avait annoncé Luc Alphand à propos de l'Aston Martin N.52. C'était sans compter un problème de transmission et un changement d'arbre de roue. Avec un adversaire de moins en GT1, les deux Corvette C6R allait livrer un duel entre américaines avec les Ford GT du team Matech (60, 61), la Ford du Marc VDS Racing (N.70) et la Saleen N.50 de Larbre Compétition. Si la 72 avait pris un léger retard suite à un problème de fermeture de porte en tout début de course puis une touchette, la 73 suivait un tableau de marche tranquille, à son rythme. "On avait choisi de rouler sans forcer sur la mécanique", expliquait Lucho. Une tactique sage qui portait ses fruits quand deux Ford GT (61 et 70) jetaient l'éponge pour, respectivement, un incendie et une sortie de route.

Alors que la Corvette 72 pilote par Stefan Gregoire rentrait à son tour dans stand juste après minuit, le destin souriait à la 73. A une centaine de mètre, la Ford de tête, parfaitement boostée par Grosjean avant la nuit, s'accrochait avec la Pescarolo N.24 du OAK Racing 24. Un gros contact qui envoyait les deux autos vers leur stand pour une série de réparation. La 73 récupérait la tête mais, une fois la voiture de sécurité retirée, elle partait à la faute à Mulsanne avec ses pneus abîmés. Au volant, Maassen limitait la casse et revenait sans dommage. Dans cette course à élimination, il ne restait plus que la Saleen devant. Avec trois tours de retard à minuit et trente minutes puis deux une heure plus tard, la remontée fantastique de la C6R était en marche. Pour la 72, les incidents des premières heures ont endommagé le fond plat et ont décalé le moteur. En biais pendant plusieurs tours, il a perdu des tours et a fini par écraser une durite d'huile. Un moment en tête de GT1, elle a été rappelée à son stand pour tout remettre en ordre. 10 tours de perdu mais une auto toujours en course pour le podium.

A fond derrière ses troupes, Luc Alphand s'est régalé avec le duel entre la Corvette 64 et la Ferrari 82. "C'était génial ce duel. Mais à rouler sur un rythme trop élevé, on créé un risque mécanique. C'est le cas de la Ferrari qui a changé sa boîte de vitesse après avoir trop tiré dessus. C'est aussi le cas de la Peugeot N.1 avec son boîtier électronique. Voir l'Oreca en 2e position, c'est en tout cas très sympa."