McLaren Le Mans 1995
La McLaren-BMW vainqueur au Mans en 1995 | AFP - MARCEL MOCHET

Sekyia – Ara, deux vainqueurs qu'on n'attendait pas

Publié le , modifié le

Yojiro Terada était leur modèle. Un précurseur dans la Sarthe. Mais ce sont bien Masanori Sekyia (1995) et Seiji Ara (2005) qui récolteront les lauriers de la victoire au Mans, les seuls pour les pilotes japonais.

1995. L'histoire est douloureuse dans la Sarthe. Après les départs de Peugeot et avant les arrivées de Porsche, Yves Courage avait une occasion unique de s'imposer chez lui avec un prototype de sa fabrication comme Jean Rondeau en 1980. Avec son bon vieux Flat 6, la C34 avait toutes les armes pour remporter le Graal manceau. L'équipe avait tout prévu sauf la …pluie et cette increvable McLaren F1 GTR. Deuxième à un tour, ce résultat sera un crève-cœur pour Hélary, Andretti et Wollek, notamment les deux derniers qui n'accrocheront jamais Le Mans à leur immense palmarès. A la surprise générale, une McLaren dompte les Courage et WR. Et à son volant se trouve un Japonais. Associé à Yannick Dalmas et JJ Lehto, Masanori Sekyia devient le premier nippon vainqueur dans la Sarthe. La surprise est totale au pays du soleil levant. Au Mans aussi même si le Japonais est un fidèle depuis 1985. Sekyia s'est d'ailleurs marié à la Chapelle du circuit pendant l'édition 1987. Pour le pire et pour le …meilleur !

Ara avec Kristensen et Capello

Une victoire en une seule participation, peu de pilotes peuvent en dire autant. Seiji Ara fait partie de ces messieurs 100 % après son succès de 2004 au volant de l'Audi R8 du team japonais Goh. Le constructeur allemand ayant décidé de laisser courir ses écuries privées, tous les espoirs sont ouverts. Avec Dindo Capello et Tom Kristensen (6 victoires ce jour-là) comme coéquipiers, Ara ne pouvait pas rêver mieux comme tuteurs. Malgré la vélocité des Britanniques du team Veloqx, la régularité et le sans-faute de l'Audi N.5 a le dernier mot. Un coup de maître !