Porsche 919 N.19 matin LM2015
Tout réussi à la Porsche 919 Hybrid N.19 dans ces 24 Heures du Mans 2015 | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Porsche y est presque

Publié le , modifié le

Un an après son retour en endurance, Porsche est en passe de remporter les 24 Heures du Mans pour la 17e fois. A 2h30 du drapeau à damier, la firme de Stuttgart occupe les deux premières places grâce à la 919 Hybrid N.19 et la N.17. La voiture de tête a même droit à un joker puisqu'elle dispose d'un tour d'avance sur l'autre proto allemand et la première des Audi (N.7). Les grands constructeurs ont très bien travaillé puisqu'aucun abandon n'est à déplorer chez Porsche, Audi et Toyota.

Jusqu'ici tout va bien. Et quasiment pour tout le monde. Hormis quelques petits pépins éparses, chacun est à sa place après 21 heures de course. A l'image des qualifications, les Porsche dominent le classement devant les Audi et les Toyota. La seule différence, c'est la N.18 qui avait fait la pole et qui a reculé au 5e rang. Entre stop&go, problème de capot et hybride intermittent, Audi n'arrive plus à mettre la pression sur les 919. Baroud d'honneur, la N.7 s'est octroyée le meilleur tour en course via André Lotterer (3'17''475). Un signal sur la performance intacte de la R18 mais avec quasiment deux tours de retard sur le leader, une remontée à la régulière est impossible.

Fiabilité remarquable

Toyota avait misé sur la fiabilité pour s'imposer. Les TS040 Hybrid sont toujours là mais les autres aussi. Et devant. "Comme prévu nous ne sommes pas les plus rapides. Comme prévu, nous sommes fiables. Ce qui n’est pas prévu, c’est que nos concurrents le sont aussi, a expliqué Pascal Vasselon, le directeur technique de l'écurie nippone. C’est d’ailleurs remarquable de voir les huit voitures de pointe encore en course. Mais on aurait aimé un autre scénario... Il faut accepter ces circonstances et revenir plus fort les prochaines années." Pour trouver un peu de suspense, il faut regarder en LM P2. L'Oreca N.47 de KCMG est toujours devant mais elle ne dispose que d'une avance limitée sur la Ligier N.26 du G Drive Racing. C'est encore plus chaud en GTE Pro avec un écart d'une dizaine de secondes entre la Ferrari N.51 et la Corvette N.64.