Porsche 919 N.19 indy
La Porsche 919 N.19 de Bamber - Hulkenberg - Tandy remportent les 24 heures du Mans 2015 | FREDERIC LE FLOC H / DPPI Media

Porsche règne à nouveau sur les 24 Heures du Mans

Publié le , modifié le

Porsche a vite retrouvé la clé du succès aux 24 Heures du Mans. Le grand livre d’histoire entre le constructeur de Stuttgart et la plus grande course d’endurance s’est enrichi d’un nouveau chapitre victorieux, le 17e. 17 ans après son dernier succès (1998), Porsche s’impose dans la Sarthe grâce à la 919 Hybrid N.19 de Earl Bamber, Nico Hulkenberg et Nick Tandy. C’est même un doublé pour le team allemand puisque la N.17 prend la 2e place devant l’Audi e-tron quattro N.7.

En 2014, il n’avait manqué que deux heures pour que la 919 ne coiffe Audi l’année de son retour en endurance. Un peu jeune, le moteur de Mark Webber avait rendu l’âme alors que l’Australien s’était installé en tête au milieu de la matinée. Cette fois, les machines allemandes ont tenu bon, écoeurant les R18 e-tron quattro d’Audi dans les dernières heures, au moment où les troupes du Dr Ullrich sont habituellement si fringuantes. L’exploit est retentissant. La firme d’Ingolstadt avait maté toute forme de concurrence depuis 2000. Seuls Bentley en 2003 et Peugeot en 2009 avait brisé cette hégémonie. Porsche ouvre une brèche à son tour alors qu’Audi était invaincu cette saison et grandissime favori à sa succession.

Hulkenberg et Bamber, quel début !

Le Mans aime les belles histoires. En 1998 lors de la dernière victoire d’une Porsche, Laurent Aïello avait remporté les 24 Heures du Mans à sa première participation. Cette année, ils sont deux à débuter par les lauriers de la gloire. Earl Bamber, repéré avec son titre en Porsche Supercup, et Nico Hulkenberg, pilote de F1 chez Force India, découvraient les 24 Heures alors que Nick Tandy, habituel titulaire chez KCMG, participait à sa 2e édition. Pendant son absence, l’écurie hongkongaise a …gagné la cartégorie LMP2. Troisième équipage dans la hiérarchie des 919, le trio Bamber-Hulkenberg-Tandy a démontré ce week-end qu’il avait les épaules ultra-solides. Harcelé toute la nuit et au petit matin par les Audi N.9 et N.7, l’équipage n’a pas commis la moindre erreur. Une course de métronome débutée loin du tumulte des « patrons » de la 17 et de la 18. Quand la première place s’est offerte à eux, ils ont mis la main dessus pour ne plus la lâcher. L’endurance est désormais à leurs pieds.

L’année de tous les reco​rds

Depuis la journée test, tout est allé très vite. Sur le plan chronométrique, la 83e édition des 24 Heures fera date. Les manches de Silverstone et Spa avaient donné le ton sur le pas en avant franchi par les concurrents. Au Mans, les records du tracé ont volé en éclats. La qualification en 3’16’’887 de Neel Jani a dépassé les prévisions. En course, c’est Audi qui a répondu avec André Lotterer, grand spécialiste de l’exercice (3’17’’475). Avec la 3e place du général pour la N .7, c’est la seule satisfaction du camp Audi qui s’est bien battu mais qui a trouvé son maître cette année. Toyota est lui aussi à sa place (6e et 8e) et a annoncé relever le défi pour les prochaines années. Le niveau atteint par ces trois constructeurs est exceptionnel. Malgré une bataille de 24 Heures, aucune voiture ne manque à l’appel. Finalement, c’est plutôt logique qu’un Hulkenberg remporte ce sprint aussi long qu’une saison de F1.

Le tableau d'honneur

Vainqueur des 24 Heures du Mans : Porsche 919 Hybrid N.19 (Bamber/Hulkenberg/Tandy)
Vainqueur LM P2 : Oreca 05-Nissan N.47 KCMG Racing (Bradley/Lapierre/Howson) - 9e du général
Vainqueur LM GTE Pro : Corvette C7.R N.64 (Gavin/Milner/Taylor) - 17e du général
Vainqueur LM GTE Am : Ferrari 458 Italia N.72 SMP Racing (Shaytar/Basov/Bertolini) - 20e du général
Pole position : Neel Jani (Porsche N.18) 3'16''887
Meilleur tour en course : Andre Lotterer (Audi N.7) 3'17''475