L'Audi R18 e-tron quattro N.1 au coeur de la nuit
L'Audi R18 e-tron quattro N.1 au coeur de la nuit | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Petit match entre Audi

Publié le , modifié le

Toyota a tout essayé mais la N.7 ne verra pas le drapeau à damiers des 24 Heures du Mans. la TS030 a démontré un beau potentiel qui annonce des duels futurs très disputés. En attendant, Audi est tout seul pour cueillir les lauriers de la gloire et imposer en premier sa technologie hybride. En tête au départ et depuis le début de soirée, la R18 e-tron quattro N.1 mène le trio des Allemandes devant la N.2 et la N.4.

Elles n'auront pas vu un seul tour d'horloge. Toyota a quitté Le Mans mais pas par la petite porte. Les Hybrides japonaises ont tenu la dragée haute aux Audi avant de subir la loi cruelle des 24 Heures du Mans. Rares sont ceux qui ont pu dominer l'Everest à leur premier essai. Le camp de base a été franchi et les TS030 reviendront plus forte en 2013. "C'est la fin de cette première aventure. Mais ce n'est que le début de notre aventure en endurance, a indiqué Pascal Vasselon le directeur technique de Toyota. Ce soir nous sommes déçu. On voulait rouler le plus longtemps possible et réparer chaque fois que c'était possible. Là on ne peut plus réparer, c'est une casse moteur. Nous avons eu deux accidents mais on se rappelera de nos six premières heures excitante pour l'équipe. On pense déjà à Silverstone où on espère donner du fil à retordre à nos adversaires."

Depuis le début de la nuit, Audi respire à pleins poumons et ne force pas le rythme de ses R18. Et pour cause, les seules menaces sont internes. Les deux Lola de Rebellion sont 4e et 5e mais à plus de quatre tours et la quatrième Audi officielle ne devrait pas tarder à transformer le trio en quatuor. Une situation très confortable pour les troupes du Dr Ullrich. Il ne serait pas surprenant que les positions se figent aux premières heures de la matinée. Plus rapide depuis le début de la semaine, l'hybride N.1 continue de mener la danse et espère le rester au moment où l'état major des anneaux prendra sa décision. La N.2 n'a pas encore rendu les armes et restent au contact à moins de deux minutes. L'Ultra N.4 est elle à plus d'un tour.

En LMP2, l'hécatombe chez Oak Racing a fait les affaires de la HPD vénézuélienne N.44 qui avait pris la 3e place au Scratch aux 12 Heures de Sebring. Les Honda sont dans le coup car la N.22 est deuxième devant quatre Oreca-Nissan. En GTE-Pro, Giancarlo Fisichella a fini par oublier le crash des essais. Avec une Ferrari 458 Italia neuve mais sans réglage, l'ex-pilote de F1 s'est placé en tête devant la Ferrari N.59 du Luxury Racing et la Corvette C6 ZR1 N.74. La belle histoire aurait pu prendre fin dans un contact avec le rail sur les Hunaudières mais l'Italien d'AF Corse s'en est sorti sans bobo. Chez les GT-am, la Porsche d'Imsa Matmut domine les débats. La mi-course pointe son nez et la hiérarchie commence à se dessiner.