La Peugeot 908 du team Oreca - LM 2010
La Peugeot 908 du team Oreca | Rami

Oreca sera aussi dans le coup

Publié le , modifié le

908 privée ne veut pas dire 908 bis. La Lionne confiée au team Oreca ne sera pas bridée pour faire le tampon avec les Audi mais aura bien sa chance. Bien entendu, c’est le discours officiel et Peugeot Sport et du Team varois. Si la voiture d’Hugues de Chaunac est en tête à une heure de l’arrivée, il en sera peut autrement...

Toujours est-il que le team Oreca a enfin les moyens de ses ambitions. Reléguée à une lutte sans possibilité de podium depuis le début du duel Peugeot-Audi, l’équipe joue cette fois dans la cour des grands. Le prix est élevé mais l’occasion était trop belle. Après une phase de découverte de l’auto deux courses mitigées au Ricard et à Spa, tout semble être entré dans l’ordre en arrivant dans la Sarthe. Mercredi, Nicolas Lapierre a fait plus que chatouiller les trois 908 officielles. Sans une stupide panne d’essence, la Peugeot-Oreca aurait pu accrocher la première ligne. Au final, c’est un 4e chrono en 3’21”192 prometteur et deux bonnes séances en vue de la course. Et le tout devant les trois Audi R15 !

“Le but n’était pas de chercher la performance pure, explique Hugues de Chaunac. Nous nous sommes concentrés sur la préparation de l’épreuve : les pilotes ont roulé dans toutes les conditions possibles et, quelque soit l’état de la piste - mouillé, séchante, sèche- ils ont été dans la bonne cadence. Ces deux jours ont été une bonne séance de travail. C’était important pour nous d’être au niveau des trois autres Peugeot. Mission accomplie.”

Frustré par la puissance des dieselistes en 2009 face à son proto essence, Olivier Panis apprécie ce retour à une excellente compétitivité. La rapidité et surtout le confort sont deux atouts précieux pour le Grenoblois. La course est longue et mieux vaut avoir une monture à sa guise. “J’ai pu voir le comportement de l’auto dans différentes situations et j’ai entrevu ce qu’allaient être mes relais en course puisque j’ai fait l’équivalent d’un double stint.” Physiquement, Panis est dans le coup et espère l’être jusqu’au bout !