Ogier portrait Le Mans 062011
Le pilote de Citroën Sébastien Ogier, ambassadeur du jeu DiRT3 | DR

Ogier au Mans pour DiRT3

Publié le , modifié le

Le rallyeman Sébastien Ogier était de passage sur le circuit des 24 Heures du Mans pour présenter le jeu DiRT3 (Codemasters). Nouvel ambassadeur de la franchise, le pilote Citroën ne restera pas pour la course mais ne désespère pas de revenir une prochaine dans la Sarthe.

De la console à la piste, il n’y a qu’un pas. Comme ses homologues de l’endurance Sarrazin, Minassian ou Montagny, Sébastien Ogier a débuté …sur jeu vidéo. Si ce dernier a décroché à cause de son emploi du temps démentiel avec Citroën Racing, il n’a pas oublié son passé de joueur. « Je ne suis plus un « gamer » mais je l’ai été étant jeune. C’était pour moi un moyen d’accéder au sport auto et de me projeter à la place d’un pilote, explique-t-il. J’y ai pas mal joué ado mais plus maintenant car je n’ai pas le temps et j’ai surtout la chance de le faire en vrai. »

Et quand on aime le rallye, on connaît forcément la série des DiRT, la référence en la matière. « J’ai tout de suite accroché à DiRT3 qui est excellent au niveau du graphisme et du réaliste. Je suis d’ailleurs très heureux d’être un ambassadeur du jeu descendant des Colin McRae Dirt. DiRT3 peut se prendre côté simulation avec des réglages assez fin ou plus côté arcade pour les débutants, raconte le pilote Citroën qui préfère avant tout se battre contre le chrono. Cela ouvre le jeu à un public assez large. » Pas impliqué dans la conception du jeu, Ogier semble prêt à s’investir. En revanche, il n’est pas encore convaincu de l’utilisation d’un simulateur comme à Velizy pour la 908. « Un simulateur comme Peugeot l’a créé pour Le Mans ? C’est difficile car on ne peut pas reproduire 350 kilomètres de spéciales, ça ne se modélise pas comme un circuit. Dans le futur peut-être mais actuellement, on ne peut pas reconnaître un parcours car ils ne sont pas représentés à l’identique. »

Et Le Mans alors ? On a bien vu Sébastien Loeb à deux reprises dans la Sarthe, pourquoi pas son probable successeur en championnat du monde des rallyes. « Pour l’instant, l’objectif, c’est d’être champion du monde en rallye et de faire ma carrière dans cette discipline. Après, si j’en ai l’occasion, je le ferai avec plaisir. » Il n’y a plus qu’à franchir le pas.