L'Oreca-Nissan de Signatech au Mans en 2011
L'Oreca-Nissan de Signatech au Mans en 2011 | DPPI & REGOUBY

Nissan reviendra au Mans en 2014 avec une technologie électrique

Publié le , modifié le

Nissan reviendra aux 24 Heures du Mans en 2014 avec un "projet innovant incorporant de la technologie électrique", a annoncé ce mardi au Japon le pdg de l'Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, lors de l'inauguration des nouveaux locaux de Nissan Motorsport (Nismo) à Yokohama.

Nissan était déjà présent au Mans en 2012, dans le 56e stand attribué par  l'Automobile Club de l'Ouest (ACO) aux nouvelles technologies, avec la Delta  Wing américaine, expérimentale et ultra-légère, une sorte de fusée roulante propulsée par un petit moteur Nissan consommant moins d'essence que ses rivales. En 2013 le 56e stand sera occupé par la GreenGT H2, une voiture électrique  suisse alimentée par une pile à combustible fonctionnant à l'hydrogène. En 2014, "une nouvelle approche de l'innovation sera au centre de notre  projet", a affirmé mardi M. Ghosn, pour qui les 24 Heures du Mans sont  "l'environnement le plus difficile pour tester de nouvelles technologies destinées aux voitures de course et de série", selon un communiqué de Nismo.

Nouvelle approche de l'innovation

Le retour au Mans, autour d'une "nouvelle technologie de propulsion",  donnera aussi à l'ACO et à la Fédération internationale de l'automobile (FIA)  "des informations permettant à toutes les parties d'évaluer l'intégration de  cette technologie d'avant-garde pour préparer un retour éventuel de Nissan en  LMP1".  Du côté des organisateurs des 24 Heures, on s'est réjoui de cet annonce. "Le projet de Nissan démontre qu’une fois de plus l’endurance de type Le Mans constitue le terrain privilégié des grands constructeurs automobiles dans le cadre du développement de nouvelles technologies, a indiqué Vincent Beaumesnil, Directeur Sport de l’Automobile Club de l’Ouest. La volonté commune de l’ACO et de la FIA, en intégrant la possibilité d’inclure de nouvelles technologies dans le règlement LM P1 en vigueur à partir de 2014 s’avère payante. Nous tenons à remercier les responsables de Nissan de leur confiance en prenant la décision de tester un groupe motopropulseur révolutionnaire dès l’année prochaine aux 24 Heures du Mans afin de préparer une future participation en catégorie LM P1."

AFP