Audi N.4 laboratoire
L'Audi N.4 laboratoire aves les nouveaux pneus Michelin | Xavier Richard

Michelin prépare le pneu du futur au Mans

Publié le , modifié le

En lien étroit avec Audi et l’ACO, le manufacturier français développe des pneus moins larges pour 2014. Michelin est en avance sur ses temps de passage puisque le nouveau pneu des LMP1 était sur une Audi R18 « laboratoire » lors de la journée test des 24 Heures du Mans. Une collaboration qui devrait profiter à toutes les équipes.

Une R18 e-tron quattro noire a limé le bitume humide du Mans dans ses grandes largeurs. Pas en ce qui concerne les pneus, plus étroits, de cette Audi N°4. Six centimètres de moins sur la largeur mais des contraintes aussi fortes sur les gommes. Au volant, Marco Bonanomi avait la lourde charge de conduire seul le prototype allemand. Avec sur ses épaules la pression de Michelin, Audi et tous les autres clients de Bibendum. « Cette voiture roule pour trouver toutes les infos avec le règlement 2014, explique le Dr Ullrich, directeur d’Audi Sport. La performance sera proche mais avec moins d’énergie, donc grâce à une meilleure efficacité. Le pneu est un maillon essentiel car il transmet au sol toute la puissance de l’auto. Nous avons demandé à Michelin d’essayer les pneus le plus tôt possible et si possible ici au Mans pour la journée test. C’est très important car c’est un circuit où on ne peut pas venir faire de test. »

31 cm de largeur et 8 kg de moins

Depuis quelques années, l’automobile a pris un tournant important. La course à la puissance a laissé place à la course à l’économie et à l’écologie. L’innovation est dans le  rendement et l’amélioration de l’existant. Dans le sens de cette histoire, Audi a travaillé sur le concept de « downsizing » et de l’hybridation avec Toyota. Invaincu au Mans depuis 1998, Michelin a lui aussi amélioré le rendement de ses pneus. En 2011, une Audi réalisait un quintuple relais (750 km) avec les mêmes gommes. D’ailleurs, en quatre ans, Michelin a réduit le nombre de pneus transportés dans la Sarthe. La firme auvergnate n’amène plus que 6000 pneus contre 9000 en 2009. En 2014, l’ACO lancera son nouveau règlement allouant une quantité unique d’énergie par tour. La réduction de la taille des pneus va dans ce sens. « Nous allons passer de 36-37 cm de largeur en 2013 à 31 cm en 2014. Il y a beaucoup d’avantages et de bénéfices. Cela doit normalement faire gagner 8 kg sur les quatre roues, sans compter le gain en dynamique et le gain écologique. »

Toyota compte sur Audi

Moins large certes mais pas moins performant. « L’objectif est de conserver le même niveau, assure Serge Grisin, directeur de la compétition chez Michelin. Clairement il faut travailler sur le rendement et l’améliorer. C’est un prolongement du travail initié avec le projet DeltaWing et ses pneus plus petits. » A voir Audi travailler main dans la main avec Michelin, on peut penser que les deux auront déjà un avantage au début de la saison prochaine. « Les résultats seront disponibles pour tous », se défend le Dr Ullrich. Son principal concurrent en attendant l’arrivée de Porsche, Toyota, est beau joueur et compte sur l’équipe technique allemande pour développer ces pneus. « Toyota a essayé les nouveaux pneus LMP1 en soufflerie avec des modèles aux dimensions 2014. C’est important pour nous de développer une auto avec ces dimensions de pneu. Nous n’étions pas prêt pour un roulage expérimental en piste, avoue Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota. Audi fera du bon travail pour nous. Un bon pneu est un pneu pour tous. Il y a toujours des fantasmes mais on est confiant sur la base des données qui nous ont été transmises. Il n’y aura pas de retard sur la compréhension de ces pneus. » Ca vaudrait mieux pour le suspense.

Un award et une tour

Pour accompagner et même encourager les constructeurs sur cette voie de l’innovation au service du progrès de la mobilité, le manufacturier clermontois a créé un nouveau prix, le Michelin Total Award Performance. Doté d’un million d’euro pour la recherche, il récompensera l’équipe qui aura rempli cinq objectifs simultanément aux 24 Heures du Mans à partir de 2014 : la victoire, le meilleur tour en course, une distance d’au moins 5000 km, moins d’énergie qu’en 2013 et un nombre limité de pneumatiques. Le défi intéresse toutes les équipes même si ce prix pourrait ne pas être remporté avant quelques années. Enfin, la « journée » Bibendum s’est achevée avec la nouvelle tour de classement. Il y a la courbe Dunlop et sa fameuse passerelle, l’un des symboles du circuit du Mans. Il y a désormais la tour de classement Michelin. Inaugurée samedi 8 juin, elle n’a pas encore l’aura de sa concurrente mais elle trône en bout de ligne droite, les pixels en ébullition. « Cette tour est là pour marquer notre attachement et symboliser notre engagement au Mans. L’information est une bonne façon de transmettre la passion », indique Florent Menegaux, le directeur ligne produit tourisme de Michelin. Classements, images et vidéos, les spectateurs disposent d’une nouvelle source de lumière. Un manque vient d’être comblé.