Les 24 Heures du Mans 2015 affichent complet

Les 24 Heures du Mans 2015 affichent complet

Publié le , modifié le

L'Automobile Club de l'Ouest a dévoilé jeudi la liste des 56 voitures invitées à participer aux prochaines 24 Heures du Mans (13-14 juin). Sans surprise, Audi défendra sa couronne avec trois R18 e-tron quattro face à trois Porsche 919 Hybrid, deux Toyota TS040 et trois Nissan GT-R LM. Pour son retour en endurance, le constructeur japonais a joué la carte du sensationnel. Dotée d'un moteur à l'avant, la LMP1 de Nissan est déjà assurée d'une belle cote auprès du public.

Toyota en ​infériorité numérique

Si Audi gagne régulièrement au Mans, c'est tout sauf un hasard. Il y a les qualités des autos, des pilotes, des ingénieurs et une foule de détails. Parmi eux, la force du nombre. Avec trois autos, Audi minimise les risques de perdre un prototype sur un fait de course. Porsche, et le petit nouveau Nissan, l'ont bien compris et seront présents aux 24 Heures avec trois LMP1. Sans refaire l'histoire, Toyota peut se mordre les doigts d'avoir raté la victoire au Mans en 2014 sur un bête accident alors que la deuxième TS040 a abandonné en tête au petit matin sur un banal problème de faisceau électrique. Une troisième voiture aurait peut-être permis à Toyota de remporter la course. Malgré ce constat, l'équipe de Pascal Vasselon va encore lutter au Mans en infériorité numérique. Une question de budget ? Cela semble évident. Pourtant, le constructeur japonais a décidé de s'engager en WRC à l'horizon 2017. N'aurait-il pas fallu mettre le paquet sur l'endurance pour gagner au moins une fois le Graal sarthois ?

La Nissan GT-R LM qui va participer aux prochaines 24 Heures du Mans
La Nissan GT-R LM qui va participer aux prochaines 24 Heures du Mans

La Nissan GT-R LM fait parler

Révélée dans un spot publicitaire lors de la mi-temps du SuperBowl dimanche soir, la Nissan GT-R LM ne laisse personne indifférent. Pour se démarquer des ténors de la discipline, le constructeur japonais a donné carte blanche à Ben Bowlby, le papa de la Deltawing, pour sortir des sentiers battus et conquérir Le Mans. Le premier objectif est atteint avec une LMP1 à moteur avant (V6 bi-turbo de 3 litres développant 550 chevaux), un système hybride qui boosterait l'auto jusqu'à 1250 cv, une boîte de vitesse à 5 vitesses et des pneus de 16 pouces. Quant à la performance et la fiabilité, beaucoup de questions se posent. Premier verdict attendu lors des essais FIA WEC au Paul Ricard les 27-28 mars 2015.

Pas de 56e stand

En deux ans, la crédibilité du 56e stand en a pris un sérieux coup. La philosophie de cette invitation n'a pas changé. Ce box est toujours réservée à une voiture innovante qui évoluent hors classement mais avec l'ambition de rouler dans des temps acceptables. Entre la Green GT et son moteur à combustible à hydrogène qu'on a jamais vu puis la Nissan ZEOD RC à l'abandon dès le 5e tour de piste, le comité de sélection n'a pas eu de nez ou n'a pas eu de chance. Les projets innovants ne manquent pas mais la réalité de la piste reste un obstacle majeur. Cette année, l'ACO a donc décidé de ne pas décider. Aucun des dossiers déposés n'avait le niveau d'autant que les grands constructeurs occupent déjà le terrain des nouvelles technologies. Il faudra attendre 2016 pour revoir (ou pas) une voiture expérimentale au Mans.

LA LISTE DES ENGAGES DES 24 HEURES DU MANS 2015

L'affiche des 24 Heures du Mans 2015
L'affiche des 24 Heures du Mans 2015
Xavier Richard @littletwitman