L'écurie Panis-Barthez prend son envol

L'écurie Panis-Barthez prend son envol

Publié le , modifié le

C'est la rentrée pour le team Panis-Barthez ce matin au Castellet à l'occasion des essais officiels de l'European Le Mans Series (ELMS). L'écurie montée par l'ancien pilote de F1 Olivier Panis et l'ex-gardien des Bleus champion du monde en 1998 Fabien Barthez débutent sa première saison avec un programme relevé. L'équipe participera à l'ELMS, antichambre du championnant du monde d'endurance (WEC), et aux 24 Heures du Mans (18-19 juin) en catégorie LMP2 par le biais d'une invitation des organisateurs.

Non, ce n'est pas une association de plus mêlant un grand nom du sport-automobile et un people. A bas les clichés, l'écurie Panis-Barthez débarque en endurance pour jouer les premiers rôles du LMP2. Team Principal et superviseur du projet, Olivier Panis vise très haut très vite. "Notre détermination est très grande et notre aspiration est, à court terme, de remporter l'ELMS et les 24 Heures du Mans", s'exclame-t-il. Une ambition légitime pour un team qui s'est donné beaucoup de moyens. Tout d'abord en se procurant une Ligier JSP2-Nissan qui est l'une des deux machines de pointes de cette catégorie avec l'Oreca-05. Puis en s'associant avec Simon et Sarah Abadie, fondateurs de la structure toulousaine Tech1 Racing, qui s'occuperont de la partie ingénierie et logistique. Panis en retrait, le baquet se devait lui aussi d'être occupé par des pilotes de haut niveau.

Paul-Loup Chatin la valeur sûre

Si Fabien Barthez sera le "fer de lance" de l'équipe, le vrai N.1 de la voiture N.23 sera Paul-Loup Chatin qu'Alpine-Signatech n'a pas pu conserver à son grand regret. Le jeune pilote français est l'une des valeurs sûres du P2 et serait dans le viseur de grands teams en P1 à moyen terme. "L'endurance est synonyme d'aventure, tout autant sportive qu'humaine. Après deux années riches en émotions en LM P2, je suis ravi de pouvoir apporter mon expérience à la nouvelle structure Panis-Barthez Compétition", a indiqué Chatin qui avoue sa chance de pouvoir côtoyer "deux figures qui ont marqué le sport français". "Le challenge est élevé, mais je suis sûr qu'en compagnie de Timothé et Fabien, nous avons les atouts nécessaires pour y parvenir", conclut le Chartrain. La 3e place a été confiée à l'espoir Timothé Buret. "Il y a trois ans je n'avais pas le permis, je m'entraînais à passer les vitesse sur une Ford Focus à Ledenon et, cette année, je vais courir les 24 Heures du Mans avec Fabien Barthez et Paul-Loup Chatin. Quel coup d'accélérateur !" Un coup de boost qui pourrait les mener loin.

Xavier Richard @littletwitman