La conférence de presse des 24 heures du Mans 2013
La conférence de presse des 24 heures du Mans 2013 | DR

Le Mans et le WEC font le plein

Publié le , modifié le

71 demandes, 56 invités. Graal de la saison d'endurance, les 24 Heures du Mans 2013 ne connaîssent pas la crise. Audi et Toyota seront présents pour le 90e anniversaire de la classique mancelle avec cinq protos hybrides, trois pour les Allemands et deux pour les Japonais. Malgré une certaine confidentialité, le championnat du monde FIA (WEC) se porte lui aussi très bien avec 32 voitures. La saison débutera le 14 avril prochain à Silverstone.

L'avenir n'est peut-être pas tout rose dans l'automobile mais ce n'est pas une raison pour broyer du noir. Une note d'optimisme est venue éclairer cette fin de semaine où il a plus été question de plans sociaux que de records de vente. En attendant une relance du secteur, quelques constructeurs et passionnés continuent de s'engager dans la course automobile et l'endurance. Pour sa deuxième saison, le championnat du monde d'endurance n'est pas aussi moribond qu'on l'annonçait ces derniers jours. Avec trente-deux engagés dont cinq constructeurs, le WEC va vivre un présent très alléchant et envisage déjà un futur prometteur puisqu'avec le nouveau règlement, qui entrera en vigueur dès 2014, va favoriser le retour de grands constructeurs. Porsche sera là. Aux autres de sortir du bois.

Toyota mieux armés

Peugeot ne sera bientôt plus qu'un chapitre dans les livres du sport-auto, un beau souvenir. Heureusement, Toyota a parfaitement supplanté le Lion en un temps record. Trop juste pour Le Mans, les TS030 ont brillé après l'été en glanant trois succès devant les Audi R18 e-tron quattro. Un peu comme les 908 qui triomphaient partout sauf dans la Sarthe (excepté en 2009, ndlr). En 2013, le constructeur nippon ne se donne pas d'excuse. Malgré sa relative inexpérience, il veut bousculer Audi en WEC comme dans son jardin manceau. "Nous sommes jeunes dans le monde de l'endurance et ça nous force à l'humilité, rappelle Pascal Vasselon, le directeur du Toyota Racing. La référence en place, Audi, opère à un très haut niveau depuis très longtemps. Tout va être difficile mais nous n'avons pas le choix et nous visons le titre en WEC et les 24 Heures du Mans." Furtivement  en tête des 24 Heures du Mans 2012, Nicolas Lapierre est impatient de remettre les pieds dans son baquet. Le pilote Français est sur une pente ascendante. "2012 devait être une année d'essais mais tout s'est accéléré. On a pris part à toute la fin du championnat. C'était très excitant et on a fait une forte impression. On va essayer de concrétiser en 2013 mais sur toute une saison, indique Lapierre qui sera associé à Alex Wurz et Kazuki Nakajima. On travaille d'arrache-pied à Cologne et au Japon pour avoir le package le plus efficace possible et être en mesure de se battre contre Audi régulièrement cette année."

Audi en défense

En charge de l'organisation du WEC et des 90 ans des 24 Heures du Mans, l'ACO se réjouit du duel entre les deux géants. "A l’analyse du plateau 2013, on ne peut que se réjouir des bagarres qui s’annoncent. Toyota n’est plus le débutant vu au Mans en 2012 mais un concurrent bien armé pour faire trébucher Audi, écurie qui possède une expérience unique", a expliqué Vincent Beaumesnil, Directeur Sport de l'ACO. Depuis son arrivée dans la discipline en 1999, Audi est devenu plus qu'une référence. Au Mans, seuls Bentley (qui fait partie du groupe VAG) et Peugeot ont réussi l'exploit de battre les quatre anneaux. C'est dite la tâche qui attend Toyota. Mais Audi ne se repose pas sur ses lauriers et voit dans les TS030 des rivales redoutables. "Toyota est arrivé et a tout de suite été à un très haut niveau, en position de gagner à chaque course. Ils en ont gagné et nous on a essayé de se défendre, explique le Dr Ullrich, le patron d'Audi Sport qui s'est réjouit de voir le WEC "bien né". On a eu de très grosses bagarres et je suis sûr que ça va continuer."

Un plateau de qualité

Si la victoire au scratch n'échappera pas à Audi ou Toyota, les courses du WEC ne manqueront pas de piquant. Derrière ces deux ténors du LMP1, les "petites" catégories vont encore nous régaler avec des courses à suspense et des bagarres de bout en bout. Ça commence en LMP2 , plus gros contingent du plateau, avec un duel entre les Morgan-Nissan du OAK Racing, les HPD, les Zytek et les Oreca-Nissan. "En catégorie LM P2, plus gros plateau de cette année, la très grande majorité des engagés peut gagner" nous confirme Vincent Beaumesnil. En GTE, les Pros ont quelque peu déserté mais il ne reste que les meilleurs avec un match à trois entre Porsche, Aston Martin et Ferrari. Au Mans, Viper fera lui son grand retour avec deux GTS-R. "Jamais il n’y a eu en GT une concurrence aussi relevée : cinq constructeurs se battront avec des moyens d’usine pour la victoire", ajoute le Directeur Sport de l'ACO. Quant aux amateurs, ils seront encore nombreux sur les pistes, notamment au Mans. Ils font partie de l'histoire de l'endurance mais les derniers accidents (Audi en 2011 et Toyota en 2012, ndlr) ont montré que la cohabitation devenait de plus en plus risquée. Si Le Mans et le WEC 2013 doivent être historiques, que ce soit pour une bonne raison, pas pour un drame.

Voir la liste des invités aux 24 Heures du Mans et au WEC 2013