Peugeot 908 N.7 LM 2011 petit matin
La Peugeot 908 au petit matin du Mans | DR

Le mano à mano continue au Mans

Publié le , modifié le

Les châssis "croisés" de la première moitié de course a laissé place à des chassés-croisés entre Audi et Peugeot en tête des 24 Heure du Mans. La N.2, seule rescapée dans le clan germanique, tient toujours la dragée haute aux trois Lionnes officielles mais la R18 échange le commandement avec les 908 N.9 et N.7 à la faveur des ravitaillement. A 8h00 du drapeau à damiers, il reste 36 voitures en course.

Lotterer et Bourdais dans le même temps

3'26"298. On ne pouvait pas trouver meilleur signe que ce record du tour battu par André Lotterer puis égalé par Sébastien Bourdais au carillon de 7h00. A un tour d'intervalle, l'Audi N.2 et la Peugeot 908 ont fait tomber le chrono. Avec la fraîcheur qui enveloppe la Sarthe, les moteurs donnent leur pleine puissance alors qu'il reste encore huit heures à effectuer pour rallier l'arrivée. Si l'Allemande mène d'une trentaine de secondes devant un duo de lionnes (la N.9 et la N.7), le suspense reste entier. Chez les essence, Pescarolo tient toujours son rang et s'accroche à sa 5e place. Tinseau, Collard et Jousse disposent d'une belle marge de trois tours sur la dernière Lola-Toyota. En LMP2, l'Oreca-Nissan poursuit sa remontée et pointe désormais au 2e rang de la catégorie derrière la Zytek N.41 du Greaves Motorsport. Les deux protos ont profité de l'abandon sur sortie de route de l'Oreca officielle. En GTE, Corvette mène la danse devant Ferrari N.51 d'AF Corse.

Deux neutralisations de plus

Le Mans 2011 aura été marqué par plusieurs neutralisations de course. Au petit matin, une Lola-Toyota et une Porsche ont pris le relai des deux Audi accidentées samedi. Toutes les deux dans les délicats virage Porsche. Quand le soleil fait son apparition dans les visières des pilotes, la lumière rasante n'éclaire pas que les exploits. Elle accompagne parfois les descentes aux enfers. Ce fût  le cas pour la Lola B 10/ 60 Coupé Toyota du Rebellion Racing n° 13 pilotée par Jean Christophe Boullion. L'expérimenté "Jules" a tapé assez fort, provoquant un abandon définitif. Le safety car intervenait pour vingt minutes. Environ une heure plus tard, bis repetita avec la Ferrari N.59 du Luxury Racing, alors pilotée par le Monégasque Stéphane Ortelli, et arrêtée en position gênante quasiment au même endroit. Et quatrième neutralisation !

Hallyday on ice

Il était pourtant tranquille David Hallyday en tête du LMP2. Grâce à une course sans faute, l'équipe Oreca tenait son pari, tenant à bonne distance ses adversaires. Sans explication, le pilote s'est fait surprendre à Arnage sous régime de neutralisation et a tellement détruit sa voiture qu'il lui était impossible de rentrer à son stand.

Classement à 7h00

1. Bourdais-Pagenaud-Lamy (FRA-FRA-POR/Peugeot 908) 227 tours
2. Wurz-Gené-Davidson (AUT-ESP-GBR/Peugeot 908) à 4.186
3. Tréluyer-Fassler-Lotterer (FRA-SUI-GER/Audi R18 TDI) 37.685
4. Sarrazin-Montagny-Minassian (FRA/Peugeot 908) 1 tour
5. Collard-Tinseau-Jousse (FRA/Pescarolo-Judd) 6 tours
6. Prost-Jani-Bleekemolen (FRA-SUI-NED/Lola-Toyota) 9 tours
7. Panis-Lapierre-Duval (FRA/Peugeot 908 HDi-FAP Oreca) 9 tours
8. Ickx-Martin-Leinders (BEL/Lola-Aston-Martin) 14 tours
9. Ojjeh-Kimber-Smith-Lombard (SAU-GBR-FRA/Zytek-Nissan) 16 tours
(1er catégorie LMP2)
...
13. Gavin-Magnussen-Westbrook (GBR-DEN-GBR/Chevrolet Corvette) 24 tours
(1er catégorie GTE-Pro)

Abandons
Boullion-Belicchi-Smith (FRA-ITA-GBR/Lola-Toyota), 191e tour (accident)
Perez-Companc-Russo-Kaffer (ARG-ARG-GER/Lola-Judd-BMW), 140e tour
Krohn-Jönsson-Rugolo (USA-SWE-IRA/Ferrari F430), 124e
Hein-Nicolet-Yvon (MCO-FRA-FRA/Oak Pescarolo), 120e
Dumas-Bernhard-Rockenfeller (FRA-GER-GER/Audi R18 TDI), 117e (accident)
Ehret-Wills-Lynn (GER-NZL-GBR/Ferrari F430), 85e
Moreau-Ragues-Monteiro (FRA-FRA-POR/Oak Pescarolo-Judd), 81e
Hancock-Dolan-Buncombe (GBR/Aston Martin Vantage), 75e
Pla-Hughes-Amaral (FRA-GBR-POR/Zytek 09), 49e tour (moteur)
Kristensen-McNish-Capello (DEN-GBR-ITA/Audi R18 TDI), 15e tour (accident)
Turner-Klien-Mücke (GBR-AUT-GER/Aston-Martin AMR-One), 5e tour (moteur)
Meyrick-Primat-Fernandez (GBR-SUI-MEX/Aston-Martin AMR-One), 3e tour
(moteur)