Conférence de presse Peugeot Montagny 10062011
Franck Montagny pendant la conférence de presse Peugeot | DR

Deux ambiances, un même but

Publié le , modifié le

Les deux postulants à la victoire, Audi et Peugeot ont livré ce vendredi leur conférence de presse habituelle. Si du côté de la marque au Lion, on a joué la carte de la camaraderie, le constructeur aux anneaux s’est montré beaucoup plus formel dans sa présentation. Deux approches différentes pour aborder l’événement mais un objectif commun : la victoire. Ambiance à 24h du départ de la course.

Six voitures en moins de six dixièmes. La grille de départ de la 79e édition des 24h du Mans est la plus dense jamais observée. Un resserrement de performances qui promet une course de haute lutte entre les deux teams phare de l’épreuve : Audi et Peugeot. Même s’il a raté la pole position (respectivement 3e, 4e et 6e) le constructeur français reste confiant en ses chances de victoires. Tous le savent, sur une course d’endurance la première ligne reste symbolique. Seules les 24 heures suivantes importent. On se permet donc quelques plaisanteries entre pilotes (Nicolas Minassian en tête) et responsables (Olivier Quesnel ou Vincent Rambaud) dans le « hospitality » de la marque. Ambiance décontractée pour les pilotes, en baskets et blouson à l’effigie de l’entreprise sochalienne, qui échangent quelques anecdotes sur la semaine de stage passée ensemble, le tout devant une salle de presse comble.
Peugeot a l’esprit tranquille et pour cause. Depuis l’année dernière, la filière course de PSA est invaincue en endurance. Les problèmes de fiabilité qui les avaient mené à l’abandon en 2010 ne sont plus qu’un lointain souvenir. La pole leur échappe ? Pas d’inquiétude ! Dans l’écurie de Stéphane Sarrazin et consorts on se souvient qu’à Spa Francorchamps, début mai, les pilotes avaient réalisé le doublé sans avoir placé aucune voiture en première ligne. Tout porte à croire que la 908, si elle n’est pas la plus rapide sur un tour, a une vitesse de croisière plus intéressante que la R18. De quoi être décontractés. Même pas un peu de pression ? « Bien sûr que la tension monte mais je ne cogite pas, concède Franck Montagny sur la Peugeot n°8. Pour nous Le Mans démarre dès ce soir (vendredi). Je sais déjà que je ne vais pas dormir avant lundi ! »

Audi : « On n’a pas peur mais on est prudents »

Seulement 200 mètres plus loin, mais atmosphère radicalement différente. Dans le stand Audi, l’apparence est nettement plus soignée. Tous les représentants de la marque revêtent une chemise blanche et des chaussures de ville. Pilotes et dirigeants font bande à part, dans une hiérarchie bien ordonnée. Rien n’est laissé au hasard, dans la plus pure tradition allemande. Bien sûr, l’écurie se dit « fière » de sa pole position mais reste réservée. L’une de ses inquiétudes provient du tout nouveau pare-brise ajouté à la R18, pour un meilleur équilibre dans les courbes. Une inconnue qui pourrait s’accompagner de son lot de mauvaises surprises : « On a moins d’expérience (ndlr : que Peugeot) avec les voitures fermées et il y a toujours la crainte de l’incident imprévu, confie Ralf Juttner (directeur technique chez Audi Sports). On n’a pas peur mais on est prudents. »
Pourtant les tenants du titre, en trustant la première ligne, comptent bien tout mettre en œuvre pour conserver leur couronne. Quitte à mettre la convivialité entre pilotes de côté. « Il n’y a pas de copinage chez nous, reconnaît Romain Dumas (2e sur la grille), on reste professionnels.» Une façon de rappeler que chez Audi, les équipes ne sont pas faites en fonction des affinités entre pilotes mais de leurs similitudes de conduite. « Avec Mike (Rockenfeller) et Timo (Bernhard) on fait la même taille, le même poids et on a la même conduite. On est tous du même cru. » En première ligne et vainqueur de l’exercice 2010, le pilote français tient une occasion en or de réaliser un doublé dans la Sarthe. Il reste pourtant modéré en admettant que « toutes les voitures n’ont peut-être pas montré tout leur potentiel ». Verdict pendant la course.